Lettre ouverte aux parents.

lundi 2 février 2004
par  ...
popularité : 2%

Suite à la condamnation de notre collègue, voici une proposition de lettre ouverte à destination des parents par l’équipe pédagogique de l’école Jean-Jacques Rousseau 2.

Madame, Monsieur,

Un instituteur de la ville est actuellement poursuivi en justice suite au décès accidentel d’une de ses élèves en 1997. L’enquête a révélé que lorsque le drame s’est produit, l’enseignant était dans la classe et qu’en aucune manière il n’avait laissé s’installer une situation dangereuse pour les enfants.

Or, malgré ce constat, cet enseignant est aujourd’hui considéré comme coupable de la mort de la fillette.

Sachez-le ; tous les jours, en France, des milliers d’élèves manipulent des compas, des ciseaux, sont appelés à se déplacer dans les classes, dans les couloirs, dans les cours de récréation ou à l’extérieur de l’école. Certains partent en classe de découverte, au ski, à la mer, d’autres vont toutes les semaines à la piscine, ... Il serait impossible de dresser une liste exhaustive de toutes ces activités.

Et pourtant, chacune de ces situations, banales et quotidiennes, ou parfois plus exceptionnelles, représentent un risque potentiel pour les enfants. Chaque enseignant, dans toutes les classes, est conscient de sa responsabilité envers les enfants qui lui sont confiés et assume au mieux ses prérogatives.

Cependant, même avec la plus grande vigilance, il est impossible de prétendre maîtriser tous les risques liés à la seule présence de 25 enfants dans une classe. Tout est fait pour que le risque soit au niveau le plus bas, mais ce risque ne disparaît jamais complètement.

On peut alors imaginer que les enseignants décident désormais de s’offrir un luxe de mesures préventives : plus de sorties pédagogiques, sportives ou ludiques, plus de classes transplantées, plus de géométrie ou d’arts plastiques, ...

Pour excessives qu’elles puissent apparaître, ces mesures commencent pourtant à être envisagées dans les écoles et seront peut-être monnaie courante demain. Mais peut-on blâmer des enseignants de ne pas vouloir se retrouver devant un tribunal suite à un accident survenu dans leur classe ?

Comment pouvons-nous espérer voir nos enfants évoluer, prendre de l’assurance, gagner en autonomie si l’environnement que nous leur offrons ne laisse pas la moindre place au risque ? Car la prise de risque, comme l’erreur, sont les moteurs de l’évolution de l’enfant. Du bébé faisant son premier pas au premier saut dans le grand bain, les enfants prennent continuellement des risques. Leur interdire, c’est les empêcher de grandir.

Ne serait-il pas paradoxal que l’école devienne alors le lieu qui empêche les enfants de grandir ?

On ne peut tolérer cela, comme on ne peut tolérer qu’un enseignant, à jamais marqué par la perte de l’un de ses élèves, se retrouve condamné s’il est établi qu’il n’a pas, de façon consciente ou non, laissé s’établir une situation dangereuse pour ses élèves.

Les enseignants ne réclament pas l’impunité, mais que l’on prenne en compte le fait que dans les classes, comme partout ailleurs (et pourtant moins qu’ailleurs, Cf. rapport EHLASS [1]), les risques existent.

L’équipe pédagogique de l’école J.J. Rousseau II, Epinay S/Seine



[1Le rapport EHLASS de 1992 indique que pour les moins de 1 an, 75% des accidents ont lieu dans la maison. Pour les accidents des enfants de 1 à 4 ans, près de 60% surviennent à la maison et 10% à l’école. Pour les 5 à 14 ans, près d’un accident sur 4 (25%) a lieu à l’école et 1 sur 5 sur des aires de sports


Commentaires  forum ferme

Logo de Jean-Claude ROLLAND
> Lettre ouverte aux parents.
jeudi 12 février 2004 à 22h45 - par  Jean-Claude ROLLAND

Ce texte a-t-il été diffusé auprès des parents ?
Quelles ont été leurs réactions, leurs questionnements ?
Si les enseignants de Rousseau l’ont diffusé, je pense à travers l’intérêt que ce type présente que ce texte manque cependant d’informations concernant le contexte de cet accident.

Logo de Jean-Claude ROLLAND
dimanche 4 avril 2004 à 22h32 - par  Jean-Claude ROLLAND

C’est la question que nombre de collègues se posaient notamment lors de la réunion d’information syndicale. Pourquoi cette démarche intéressante n’a-t-elle pu aboutir ? Nous sommes nombreux à soutenir Victor Hugo maternelle dans leur action, même si quelques-uns pensent que ce n’est pas une solution que d’abandonner toutes sorties avec les élèves. Cette action courageuse a le mérite d’exister. Nos questionnements sur d’un côté le soutien à Philippe et de l’autre la lutte à mener pour que nous puissions exercer ce métier sereinement et conscients de nos responsabiltés nous ont amener à une impasse : pas de grève, pas d’action en direction des parents, ... ? Que faire ?
Cette lettre aux parents paraît être une solution ...
Quant à sa diffusion sur Eppee, il s’agissait de montrer que des écoles réagissaient, de lancer des débats, de provoquer des réflexions...
Heureux donc de ta réaction.
Amicalement.

Logo de Joannick
dimanche 4 avril 2004 à 22h17 - par  Joannick

En réponse au message précédent, je pense effectivement que ce texte n’est pas complet concernant l’accident survenu à VH.

Pour autant, là n’était pas réellement son propos puisqu’il s’agissait en premier lieu d’essayer d’apporter des éléments de réflexion, suite à un courrier proposé par les enseignants de VH mater. Et cette proposition de lettre aux parents n’avait pour seule ambition que d’être une base, le premier jet d’un communiqué que les enseignants d’Epinay auraient pu envoyer aux parents et à l’institution.

Je suis donc surpris de retrouver ce courrier ici, non pas que le site n’en soit pas digne, mais surtout parce qu’il s’agissait d’une ébauche à évaluer et à reformuler en commun. Le livrer tel-quel peut laisser à penser qu’il a été distribué aux parents, il n’en est rien, puisque l’équipe de Rousseau attendait une décision collégiale avant d’entreprendre toute action.