Carnet de voyage CP (Suite)

Précisions apportées par Corinne Conte (Bouches-du-Rhône)
dimanche 8 février 2004
par  Réseau Eppée
popularité : 3%

En réponse aux questionnements de JCR sur l’utilisation et "l’instrumentalisation" des carnets de voyage CP et suite aux forums de discussion sur ce sujet, Corinne Conte apporte ici quelques précisions :

J’ai lancé une expérience testée et éprouvée en classe et sur laquelle j’ai un minimum de recul aujourd’hui. Je pense que si vous habitiez à coté de chez moi, je serais venue vous rendre visite avec quelques carnets de voyage pour que vous compreniez ce qu’ils sont et que vos doutes quant à l’instrumentalisation de l’enfant s’estompent définitivement ....

- 1/l’enfant choisit lui-même ce qu’il va dire et dessiner : s’il choisit de montrer un dessin sur lequel il dit un doute, une angoisse, un problème ou un fait précis, il a été libre de le faire et c’est donc qu’il veut en parler ! Et j’insiste sur la volonté d’un enfant à dire sa vie ou à ne pas la dire ...S’il dit : c’est qu’il attend une réponse, une réaction et ne pas l’entendre ou ignorer le message sous le prétexte d’une intrusion dans sa vie est-il mieux ?
- 2/l’enfant sait depuis le début que ce carnet est le récit de son année de c.P. et qu’il est destiné à être lu et partagé . Et donc, quand je demande à un élève de raconter ce qu’il a mis dans son carnet à une personne de son environnement proche ou de sa famille, il le fait avec empressement et non avec réticence ...
- 3/Ce carnet dans sa définition n’a rien de contraignant, il est ce que l’enfant en fait et je m’interdis de provoquer des "aveux" en induisant un dessin plutôt qu’un autre. Le fait que j’ai ensuite pu utiliser le carnet pour aider des enfants en difficulté et leur permettre de s’exprimer et de parler d’eux ne me semble pas être une "instrumentalisation" ...
Un enfant a-t-il plus de plaisir ou de motivation à raconter un évènement classe ou groupe ou saison ou .... ou à dire comment lui voit sa vie en classe ? Aurais-je l’idée ou le droit de poser une question très personnelle et intime à un élève en attendant qu’il m’y réponde sachant qu’il a des difficultés dans ses apprentissages ou dans son comportement ? Ou vais-je le laisser me dire ce qu’il veut, quand il veut en mettant à sa disposition"un lieu de parole"dont le fonctionnement a été clairement défini au départ ?
Enfin, et dernière question, à l’école, quand un enfant peut-il s’exprimer et raconter ce qu’il veut à n’importe quel moment de sa journée ? Quand ? Au quoi de neuf devant la classe entière ? Avec la phrase du jour ? Sur le cahier musée ? Avec le dire et montrer où il doit s’inscrire 15 jours à l’avance ? .....

Ce carnet de voyage est ce qu’en ont fait mes élèves, si c’est devenu "un carnet intime" comme vous le suggérez alors c’est qu’ils ont envie, besoin de se raconter et peut-être ne leur donne-t-on pas assez la parole ! C’est en tout cas ce que j’y ai compris ! Voilà, je leur ai donné la parole et celle-ci s’exerce sans contrainte, elle est libre et dit ce qu’elle a à dire ! Et je le reconnais humblement, ce n’est pas ce que j’avais présumais c’est ce qu’ils en ont fait et c’est beaucoup mieux ...

2 anecdotes pour terminer ...et peut-être alimenter notre conversation ...

- le dessin de X : un petit bonhomme au milieu d’un pré avec trois bulles au-dessus de sa tete .
moi : Qu’est ce que j’écris ? l
lui : Eh bien c’est un petit garçon qui se promène et il ne sait pas ou aller ..
moi : Et ces petites bulles qu’est ce que c’est ?
<
lui : IL se demande s’il doit aller à droite, à gauche ou au milieu ?
X mange ses crayons, salit tout son travail, ne veut plus venir à l’école ...Je vois la maman et X nous montre son carnet : arrêt sur l’image du petit bonhomme . La maman "pauvre chou, il est perdu, mais alors il a compris ..."Compris quoi , Je n’ai pas posé la question, mais dès le lendemain, plus de crayons mangés ni de crise pour venir en classe ...

- Une dizaine de dessins très étranges ressemblant à des gribouillages très alambiqués avec à chaque fois des phrases laconiques : c’est un poisson, c’est la mer, c’est ....J’ai écrit ...
Il y avait un problème mais de quel ordre ? En tout cas : échec en lecture et troubles du comportement ... On a feuilleté le carnet avec les parents convaincus qu’il fallait agir ... prise en charge orthophonique, rendez-vous chez un neuro-psy .... Le dessin qui a suivi : des montagnes raides parfaitement dessinées, une route, et un bonhomme attaché à une corde qui entame l’ascension de la montagne .... Il m’a dit : "c’est un bonhomme qui grimpe à la montagne il est accroché avec une corde " J’ai écrit ...
Tout n’est pas solutionné par le carnet, car les enfants racontent ce qu’ils veulent et donc certains ne diront jamais rien ... Mais pour ceux là il reste quand même un endroit d’apprentissage : j’écris, je construits des phrases pour être lu, je cherche les sons les mots ...
Et si certains (ils sont rares)n’ont encore fait qu’une dizaine de pages qu’importe, ce n’est pas notre seul lieu d’écriture ou de lecture ...

Si des collègues souhaitent tenter l’expérience, merci de me dire comment et quels sont les résultats. Merci d’y apporter des critiques constructives et peut-être d’autres idées qui l’amélioreront .
Si vous avez des questions, La porte est ouverte . A bientôt !


Commentaires  forum ferme

Logo de Jean-Claude ROLLAND
> Carnet de voyage CP (Suite)
dimanche 15 février 2004 à 01h58 - par  Jean-Claude ROLLAND

Corine écrit : "à l’école, quand un enfant peut-il s’exprimer et raconter ce qu’il veut à n’importe quel moment de sa journée ? Quand ? Au quoi de neuf devant la classe entière ? Avec la phrase du jour ? Sur le cahier musée ? Avec le dire et montrer où il doit s’inscrire 15 jours à l’avance ? ..... "
Je crois en effet qu’il est nécessaire d’aménager des espaces de libre parole à l’école, que ce soit les quoi de neuf, les conseils de coop ou autre (avec une fréquence bien plus élevée que 15 jours)s’il s’agit d’un échange qui intéresse le collectif : une information, un problème ou un débat soulevé ...
Quant à une parole plus "intime", il est également nécessaire d’être assez proche des élèves que ce soit en classe lors d’entretiens individuels (lrsque l’organisation de la classe le permet) ou hors de la classe en récré ou ailleurs ... (les classes de découverte par exemple)
Ces carnets peuvent être un outil pour permettre cette parole plus libre ; les membres du réseau qui travaillent soit individuellement soit en petit groupe peuvent également être des interlocuteurs privilégiés de l’enfant d’autant plus qu’ils sont formés.
A nous enseignant de permettre ces paroles libres, mais à nous aussi de savoir ce qu’on en fait et de manière la plus professionnelle possible.

Logo de Alain Izzet, instit.
> Carnet de voyage CP (Suite)
lundi 9 février 2004 à 16h56 - par  Alain Izzet, instit.

Je comprends votre enthousiasme et votre joie de voir qu’au moins deux de vos élèves vont mieux grâce à ce carnet de voyage.
Néanmoins, pour avoir enseigné cinq ans dans l’AIS, je me permets de vous mettre en garde contre l’exploitation de documents scolaires à d’autres fins que purement scolaires, psychologiques notamment.
Je veux dire par là qu’en tant que non professionnels de la psy, nous sommes beaucoup plus souvent sujets aux erreurs que les véritables professionnels.

Je veux aussi dire par là qu’avec l’autorisation explicite de l’élève, il serait éventuellement possible d’utiliser ces carnets... mais par le psy scolaire, pas par l’instit. !

Il se trouve que là, dans les deux exemples que vous citez, ce sont plutôt les élèves eux-mêmes qui vous ont orienté vers leurs productions dans ce carnet. C’est une très grande marque de confiance. Probablement est-ce la raison pour laquelle les résultats ont été aussi bons. Tant mieux !

dimanche 3 avril 2005 à 19h20

Bonjour,
Je suis ’carnettiste’ professionnelle dans la région parisienne et j’interviens dans des classes et des bibliothèques pour réaliser des carnets de voyage avec des adultes et des enfants. Je travaille aussi sur deux projets d’édition autour de la pratique du carnet de voyage avec un éditeur.
L’année prochaine, je vais suivre une classe de CP. Ce sujet a donc attiré mon attention, et je l’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Merci.

Vous pouvez découvrir mon site : http://carnetsdevoyage.blog.expedia.fr/
N’hésitez pas à me contacter. Antonia

Site web : carnet de voyage
Logo de Corinne CONTE
jeudi 12 février 2004 à 13h26 - par  Corinne CONTE

Cher collègue, ta réflexion est normale, je me suis posé les mêmes questions que toi. Deux précisions cependant :
- je n’interprête pas moi-même les dessins : ce qui l’ont été l’ont été par le psy.
- je constate des faits précis qui "sautent" aux yeux et je ne les analyse pas : j’observe les comportements qui en découlent.
Pour l’instant, je suis dans le constat, l’observation et la mise en pespective des productions du carnet de voyage et du travail des élèves. Quand je dis ça a règlé des problèmes de troubles du comportement c’est que : les enfants qui objectivement m’en posaient sont calmes car ils font le carnet au lieu de gesticuler en parlant haut avec des règles ou des stylos à la main.
Quand je dis ça m’aide dans mes relations avec les parents c’est que : les parents voient très bien ce qui est dit et écrit dans le carnet et que ça ne nécessite pas forcément une interprétation...
Quand je dis ç m’aide dans les apprentissages par rapport à la culture de l’écrit c’est que : les enfants non seulement écrivent maintenant la légende de leurs dessins et ce le plus naturellement du monde, ils me voient le faire depuis le début de l’année ! Mais en plus, nouveauté, ils s’écrivent entre eux et rangent ces écrits dans leur carnet de voyage !
Enfin, certain des élèves, après vérification, se fabriquent des petits carnets sur lesquels ils dessinent et écrivent et d’autres préparent des feuilles de leur carnet de voyage à la maison.
A ce jour, je mets au point un questionnaire pour les parents et une observation extérieure des carnets avec questionnement des enfants afin de connaître tous les mécanismes qui se déclenchent par le biais de ce carnet. Je cherche effectivement à savoir à quel niveau il intervient et quel type de compétences il développe chez les élèves.
Dans mon rapport d’expérience je dis ce que j’ai fait , ce que les élèves ont "créé" et ce que ça m’apporta au quotidien mais je n’ai pas les éléments suffisants pour aller plus loin.
Ce qui est sûr, c’est que je m’informe, que je cherche, que j’en parle afin de fournir à mes collègeus de traavail un outil utilisable, rodé et efficace. Et c’est un de mes buts :quand on trouve une idée porteuse pour sa classe, autant en faire profiter les autes. Maintenant j’attends toujours des réponses à mes questions.
A bientôt.
Corinne, le 12/02