Lettre au Père Noël

vendredi 17 décembre 2004
par  Y.Trigance
popularité : 2%

Salut Père Noël,
Si tu passes dans le « 9-3 », il faudrait que tu puisses intervenir rapidos pour filer un coup de mains à celles et ceux qui font ce qu’ils peuvent alors que ce département détient des records bien inquiétants en Ile-de-France : je t’en livre quelques uns en vrac, vois ce que tu peux faire , t’as le choix :

- plus faible revenu moyen imposable
- plus fort pourcentage de foyers non-imposés
- plus fort taux de chômage
- plus grand nombre de demandeurs d’emplois de moins de 25 ans
- plus grande proportion de Rmistes
- deuxième rang en nombre de bénéficiaires de la CMU
- plus grande part de familles monoparentales parmi les allocataires du RMI
- explosion de 4,7% à 16,1% du nombre de dossiers de surendettement
- 5000 enfants sans logis
Je sais que cette situation se retrouve un peu partout en France mais bon, ici peut-être plus qu’ailleurs, la situation se dégrade et toutes les bonnes volontés sont précieuses pour faire bouger les lignes.
Et puis pour finir, une autre petite liste, là aussi t’as le choix :

- pour que Mouloud et Fatima n’aient pas moins de chance que Benoît et Julie pour trouver un boulot à cause de leur prénom
- pour que le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie et l’homophobie cessent de gangrener notre vie quotidienne
- pour que soit mis fin en Europe à l’augmentation des cancers chez l’enfant (+1% depuis 30 ans) et chez les ados (+1,5% depuis 30 ans)
- pour que les Palestiniens aient enfin une terre et que le mur de la honte disparaisse
- pour que l’Ouganda, le Darfour ou encore le Soudan ne soient pas un deuxième Sarajevo
- pour qu’aux Etats-Unis les centaines de femmes et d’hommes -dont beaucoup sont noirs et pauvres- sortent du couloir de la mort
- pour que les journalistes ne servent plus d’otages aux intégristes de toutes sortes
- pour que le monde occidental mette enfin la main au porte-monnaie et développe les traitements contre le SIDA dans les pays d’Afrique
- pour que les 815 millions d’affamés sur notre planète mangent à leur faim
- pour que les 1,4 milliards de travailleurs qui vivent avec moins de 2 dollars par jour aient un salaire décent
- pour que les magouilleurs qui polluent les mers et qui se cachent derrière des sociétés -écran soient immergés quelques temps dans des barils de pétrole
- pour qu’en Europe au moins le commerce équitable se développe plus encore.

Bon, je te demande beaucoup, mais si ton pouvoir peut-être aussi fort que peut l’être parfois la bêtise humaine, alors on peut garder espoir.
Bien à toi.
Yannick


Commentaires  forum ferme

Logo de Hervé B.
> Lettre au Père Noël
samedi 18 décembre 2004 à 15h27 - par  Hervé B.

Bien joli tout ça, probablement sincère... Mais que vient faire cet article sur ce site : Réseau d’échanges de pratiques pédagogiques des écoles d’Epinay sur Seine... ? Attention à ne pas tomber dans la tribune politique... Mais je dois me faire des idées.

lundi 20 décembre 2004 à 14h43

Salut Hervé,
je pense comme toi que notre débat a été utile ; c’est en ce sens que la controverse est porteuse de progrès car elle permet les échanges de points de vue, condition indispensable au progrès de la réflexion...et de l’action.
Bien à toi.Yannick

Logo de Hervé B.
lundi 20 décembre 2004 à 09h16 - par  Hervé B.

Au final, je suis complètement d’accord avec toi. Ce débat aura au moins permis de clarifier le sens de ton article qui trouve sa place ici. Mais la controverse était nécessaire. Tout en ménageant "la chèvre et le chou" !

dimanche 19 décembre 2004 à 17h54

Bonsoir Hervé,
Juste une divergence avec ton message : oui, ce site comme tu le dis est bien un site sur l’Education .Mais quelle est la rélité quotidienne de nos écoles ?Nos élèves arrivent avec leurs forces et leurs faiblesses et reconnaissons que dans notre département les difficultés dont je parle dans ma lettre sont plus que prégnantes, qu’il sagisse des difficultés d’ordre sociales, économiques, culturelles et autres que vivent bien des familles et qui ont des conséquences parfois très directes sur la scolarité de nos élèves.L’Ecole, sans renoncer à ses ambitions pour tous les élèves, ne peut pas faire comme si ces difficultés n’existaient et c’est là que je diverge d’avec toi : l’Ecole est dans le monde, elle est le miroir de notre société, bien au-delà de nos frontières et l’exemple de la situation au Proche-Orient est en ce sens éloquente : nous voyons depuis un certain temps dans certaines écoles des insultes entre élèves directement liées au conflit israélo-palestinien sans que souvent les élèves aient bien conscience de la réalité des choses mais dans certains de nos quartiers Hervé, la liste euro-palestine aux dernières européennes a fait jusqu’à 20% et nos élèves ont donc vu et entendu un certain nombre de choses.
Nous ne pouvons donc faire comme si de rien n’était ; c’est pourquoi la question éducative est à mon sens au coeur du projet de société si nous voulons que nos élèves d’aujourd’hui soient demain des adultes éclairés, critiques, capables de se forger leur propre jugement.
C’est en ce sens que ma lettre au Père-Noël, si elle ne traite pas de l’Ecole en tant que telle, porte en elle des préoccupations qui directement ou indirectement concerne nos élèves, et donc l’Ecole .
Bien à toi.Yannick

Logo de Hervé B.
dimanche 19 décembre 2004 à 15h53 - par  Hervé B.

Tout d’abord, il faut que tu saches Yannick que je partage largement ces idées. Je ne m’attaque pas à toi ; je ne te connais pas ! D’où le « probablement »… Je pense simplement que ce n’est pas le lieu. pour un tel article.
Effectivement, la politique n’est pas tabou, elle est indispensable à la vie en collectivité et souvent (quoi qu’on en dise) même très intéressante. Relis moi, je n’ai jamais écrit (ni même pensé) que la politique était « sale », « tabou » ou « réservée à une élite », ce sont des à priori un peu réducteurs.
Néanmoins, je pense que ce site est avant tout un lieu d’échanges sur l’éducation (ce que tu écris toi-même) hors, ta « lettre au Père Noël » n’a rien à voir avec ce thème. Sauf s’il est l’introduction d’un futur article dans lequel tu expliqueras ce que tu mets en place dans l’école où tu exerces pour justement lutter contre ces injustices et inégalités ; ou simplement ce que tu proposes.

Logo de Hervé B.
dimanche 19 décembre 2004 à 02h25 - par  Jean-Claude ROLLAND

Si vous me permettez de m’immiscer ici dans le débat ...
Peut-être pour ménager la chèvre et le chou ...
En effet, Hervé, la raison d’être d’Eppée est, d’abord et avant tout, de permettre des échanges de pratiques pédagogiques et des échanges de réflexions plus ou moins pédagogiques à propos de l’éducation. Et en cela, lorsque tu t’élèves contre la publication de l’article de Yannick, en particulier quand il aborde des thèmes plus généraux telles les guerres du Moyen-Orient, le social au Etats-Unis, ... tu constates à raison qu’il s’éloigne des échanges et des réflexions pédagogiques des enseignants d’Epinay.
A l’inverse, en conseillant de ne pas tomber dans la tribune politique, au sens premier du terme, ainsi que tu aimes, Yannick, à le rappeler on risque ici d’oublier que l’école n’est pas hors de la Cité. De même, elle n’est pas hors du monde, lorsque nous accueillons dans nos classes des enfants venus de pays en guerre ou même plus simplement dont les parents sont venus en France en quête d’une simple amélioration de leur quotidienneté.
Nous enseignons à Epinay, en Seine-Saint-Denis et il n’est pas inutile de rappeler à la fois les difficultés de ce département et les espoirs que nos actions militantes qu’elles soient pédagogiques, syndicales ou politiques, voire les trois à la fois peuvent susciter.

Logo de yannick
samedi 18 décembre 2004 à 22h49 - par  yannick

Merci pour le "probablement sincère".Si tu viens régulièrement sur ce site, tu pourras te rendre compte que dans la rubrique "humeurs", les sujets abordés traitent aussi de l’actualité en général, au-delà des questions pédagogiques.
Juste une remarque sous forme de question ; la "politique" au sens éthymologique du terme ("La vie de la Cité") serait-elle réservée aux femmes et aux hommes "politiques" ou peut-elle être débattue par les enseignants-citoyens que nous pouvons modestement prétendre être ?La laïcité, la justice,l’égalité des chances, la paix, ... ne sont-ils pas des sujets éminemment "politiques" au sens nobles du terme ?
La politique mon cher collègue, ça n’est ni sale, ni tabou, ni réservée à une élite.
La politique pour moi, et quelles que soient nos idées et nos opinions,c’est d’abord et avant tout se sentir concerné par le monde dans lequel nous vivons, essayer de faire avancer les choses auxquelles on croit, confronter nos points de vue pour faire que les choses aillent un peu moins mal, c’est considérer que rien n’est perdu d’avance .Alors si avoir des idées, des convictions, des valeurs, c’est faire de la politique, souhaitons que nous en fassions tous, au-delà des clivages et des parti-pris.
Et s’il est un sujet qui relève au plus haut point de la "politique" au sens dont je viens d’en parler, c’est bien celui de l’Education.
Yannick