NON A LA FERMETURE DU CENTRE DE SANTE BLUMENTHAL

(COMMUNIQUE N° 2, 15 nov 2005)
samedi 26 novembre 2005
par  ...
popularité : 2%

Comité de défense du centre de santé Blumenthal

NON A LA FERMETURE DU CENTRE DE SANTE BLUMENTHAL

(Communiqué N° 2, 15 nov 2005)

LA SANTE EST UN DROIT

Réunis à nouveau le 15 novembre, nous avons fait le point sur le projet de fermeture de Blumenthal et les démarches engagées à ce jour :
Les courriers demandant une entrevue à la direction de la Croix Rouge et au ministère de la santé ont été envoyés le 29 octobre. Contactés, ces organismes ont bien reçu les courriers mais n’ont à ce jour pas proposé de dates de rendez vous.
La direction de la Croix Rouge a signifié au personnel, au dentiste et à l’orthodontiste la fermeture au 31 décembre.
Le Maire d’Epinay annonce le transfert du C.M.P (centre médico-psychologique) av d’Enghien (à l’autre bout d’Epinay) - sous la responsabilité de l’hôpital Delafontaine. - 5 salariés y seraient transférés. Aux objections des parents d’élèves de l’école Pasteur, il propose une navette municipale pour y amener les enfants..
Les autres services de Blumenthal seraient purement et simplement fermés

Les participants à la réunion n’acceptent pas cette fermeture :

Le dispensaire Blumenthal existe depuis la construction de la cité jardin, en 1912.
Il rend des services indispensables à la population d’Epinay et des communes avoisinantes. Il offre des soins aux bénéficiaires de la CMU (Couverture Maladie Universelle) et de l’AME (Aide Médicale d’Etat). Dans les cabinets privés, ces soins sont la plupart du temps assortis de dépassements d’honoraires non remboursés par la sécurité sociale, et l’AME n’est pas prise en charge.
Cette fermeture intervient dans un contexte général de réduction, sinon de désertification de l’offre de soin sur la ville, dans le département et la région : réduction des lits et du personnel, engorgement des urgences et des consultation dans les hôpitaux publics suite à la mise en place de l’enveloppe fermée, fermeture de la clinique des Presles à Epinay. Fermeture des dispensaires de la croix Rouge du département (Bagnolet en 2003, Blanc-Mesnil , Drancy et Epinay cette année : menace de licenciement pour 111 salariés de la Croix Rouge, dont 13 à Epinay).
Alors que tout le monde s’accorde pour dire, dans le climat actuel dans les banlieues, qu’il faut maintenir les structures sociales, la fermeture du centre de santé Blumenthal serait une catastrophe.

C’est pourquoi, devant l’urgence de la situation, nous décidons :

- de nous constituer en comité de défense du centre de santé Blumenthal
- d’appeler tous les élus d’Epinay et de Plaine Commune, les syndicats, associations, la population, à intervenir auprès de la direction de la Croix Rouge et du ministère de la Santé (1) pour exiger :

  • le maintien du centre avec toutes ses activités (Centre médico-psychologique, PMI, chirurgie dentaire, orthodontie, médecine générale, dermatologie, soins et piqûres)
  • le maintien de l’ensemble du personnel sur place

- faute de réponse positive d’ici là, de nous rendre en délégation,

jeudi 1 er décembre à 14 h 30 à la direction de la Croix Rouge 1 Place Henri DUNANT, paris 8 eme à 17 h au ministère de la santé 14, avenue Duquesne PARIS 7 eme

- d’appeler les élus et la population à participer à ces délégations, (R.V à 13 h à Blumenthal, 2 rue Jules Siegfried).

PDF - 56.8 ko
Téléchargez le communiqué et la pétition.

(1) faire parvenir copie des courriers et prises de position à Monique BOBOT , Union Locale CGT, Bourse du Travail, 5 rue Pasteur , 5 rue Dumas 93 800 Epinay sur Seine



Signez dans le forum de cet article en indiquant votre nom, prénom et qualité.
nous, habitants d’Epinay et des communes limitrophes, soussignés, décidons de soutenir et faire connaître autour de nous cette initiative dans l’unité et préparons les délégations :

Voir aussi ici


Commentaires  forum ferme

Logo de Jean-Claude ROLLAND
NON A LA FERMETURE DU CENTRE DE SANTE BLUMENTHAL
vendredi 30 décembre 2005 à 00h21 - par  Jean-Claude ROLLAND
> NON A LA FERMETURE DU CENTRE DE SANTE BLUMENTHAL
dimanche 18 décembre 2005 à 11h43

Comité de Défense du Centre de santé Blumenthal

communiqué N° 4 (15 décembre 2005)

Au Comité Central d’Entreprise de la Croix Rouge, l’unité des élus CGT , CFDT, CGC et FO s’est réalisée afin de repousser au 11 janvier l’examen du plan de sauvegarde de l’emploi pour le 93 et le 95 dont fait partie le centre Blumenthal. Le vote a été à l’unanimité excepté la CFTC qui s’est abstenue et a voté contre pour le reste des motions qui étaient la nomination d’un expert et le vote du droit d’alerte.
La fédération GGT appelle également à manifester le 11 et le 13 janvier prochain contre le projet de licenciement des salariés de la Croix Rouge et ceux de l’UNIFED.

Un administrateur ad-hoc, Mr. Novellinno, a été nommé sur le 93.La croix rouge française interdit au personnel de recevoir les patients après le 31 décembre.

Les membres du personnel ont reçu des lettres recommandées leur proposant des mobilités dans d’autres structures de la Croix Rouge, à des conditions horaires et des distances par rapport à leur domicile inacceptables
La direction des établissements a déclaré accepter de rencontrer les représentants du Comité de Défense (mais aucune date n’a été fixée)

M. Braouzec , président de la Communauté d’Agglomération de Plaine Commune, adressé un courrier au directeur de la Croix Rouge et au ministère de la santé pour demander que le centre ne soit pas fermé.

au Conseil Municipal du 15 décembre les élus du PS, du PCF et du groupe verts/alternatifs ont demandé une interruption de séance pour permettre à Monique Bobot, déléguée syndicale CGT du centre Blumenthal d’expliquer la situation, A l ‘issue des débats le conseil municipal a voté à l’unanimité un vœu demandant à la Croix Rouge de na pas fermer le centre et de continuer à accueillir les patients après le 31 décembre

Considérant
-  qu’à ce jour la Croix Rouge maintient la fermeture
-  qu’on ne peut pas l’accepter, qu’elle représente un danger pour la santé et l’économie familiale d’une grande partie de la population d’Epinay et des alentours, et que le temps presse
-  que la Croix Rouge a une mission de service public concernant la précarité et que le ministère nomme des représentants au Conseil d’Administration
-  que le ministère ne saurait se décharger de sa responsabilité étatique en matière de santé.

Le comité décide

-  de retourner, mercredi 21 décembre à 15 h au Ministère, pour exiger que ce dernier intervienne auprès du président de la Croix Rouge pour que le Centre Blumenthal ne ferme pas
-  d’appeler le personnel, les patients, les parents d’élèves, et tous les élus d’Epinay et des communes avoisinantes à participer à cette délégation (RV à 14 h devant le centre, 2 rue Jules Siegfried)
-  de demander au Maire de nous accompagner et de mettre un car à notre disposition

Logo de Gilles PARCABE
> NON A LA FERMETURE DU CENTRE DE SANTE BLUMENTHAL
mardi 6 décembre 2005 à 12h14 - par  Gilles PARCABE

ci joint communiqué N° 3, le
comité appelle à une réunion publique vendredi 9 à 19 h à la
Bourse du Travail, 5 rue Dumas

"Comité de défense du Centre de santé Blumenthal Epinay le 4/12/2005

COMMUNIQUE n° 3

NON A LA FERMETURE DU
CENTRE DE SANTE BLUMENTHAL !

Comme décidé lors de la réunion du 15 décembre, une délégation , s’est présentée jeudi 1° décembre à 15 h à la direction de la Croix Rouge et à 17 h au ministère de la Santé.
Elle était composée de membres du personnel du centre de santé, de patients, de responsables CGT de la Croix Rouge et de l’Union Locale d’Epinay, de militants de la CGT, de Force Ouvrière, de la FCPE, du Parti communiste, du Parti socialiste, des verts, du Parti des Travailleurs, porteurs des centaines de signatures d’habitants d’Epinay et d’élus, notamment celles du député Bruno Le Roux, du conseiller Général Serge Mery, du Parti Socialiste, et des conseillers municipaux du Parti communiste et des Verts.

La délégation est restée plus d’une heure devant la porte de la direction de la Croix Rouge, qui a refusée de la recevoir.

Contactant la direction par téléphone, le responsable CGT a appris qu’un administrateur était nommé sur le 93 et qu’il rencontrerait le personnel. Aucune date n’a été précisée. Le CMP serait déménagé rue d’Enghien dès le 28 décembre, le personnel transféré (5 personnes) devenant contractuel de la fonction publique.

Le ministère a accepté qu’une délégation limitée à 5 personnes, soit reçue par M. GRESSIER, conseiller technique du ministre.
Ce dernier a précisé qu’il recevait la délégation « par politesse », car selon lui la Croix Rouge était indépendante de l’Etat et le Ministre de la Santé n’avait aucun pouvoir ni influence sur elle, et qu’il venait de contacter Mr. Mattei, président de la Croix Rouge, qui s’engageait à recevoir une délégation – sans précision de la date..
Il s’est enquis des services qui disparaissaient, du nombre de malades reçus et des raisons invoquées par la Croix Rouge pour fermer le centre.
La délégation a précisé :
- Que le centre recevait environ 3000 patients (les chiffres exacts lui seront communiqués), que le plan social concernait 13 salariés à Epinay et 137 en tout sur les 9 structures qui ferment,
- Que les services qui devraient disparaître à Epinay concernaient le chirurgien dentiste, l’orthodontiste, le médecin généraliste, le dermatologue, les soins et piqûres
- que le prétexte serait à la fois un déficit et la vétusté des locaux, ( alors que la PMI restera en activité ,sur place pendant un an ), mais surtout le recentrage de la Croix Rouge sur « l’humanitaire », au détriment des structures de soin jugées « non rentables » !
-  La délégation a précisé également que le ministère était responsable de la santé,
-  qu’il y avait autrefois deux cliniques sur la ville, qu’il n‘en restait plus aucune dans la mesure où la maternité de la Clinique des Presles avait fermé en mars dernier et que les autres services fermaient ces jours ci,
-  la délégation a insisté sur le fait que le département du 93 recense le plus grand nombre de cas de tuberculose. Sans la proximité d’un centre de soins, les malades en situation de précarité ne se soignent plus, d’où un danger d’épidémie
-  que pour obtenir un rendez vous avec un spécialiste dans les hôpitaux publics des communes avoisinantes, il fallait attendre entre 2 à 6 mois, que les bénéficiaires de la CMU ou de l’AME n’auraient plus nulle part où se faire soigner,
-  que le ministère était représenté dans le conseil d’administration de la Croix Rouge .
-  La délégation demandait donc au ministre d’intervenir auprès de la direction de la Croix Rouge pour qu’elle renonce à la fermeture
-  La délégation a demandé à M Gressier de nous communiquer le nom d’un correspondant qui puisse nous rendre compte de l’action du ministère dans ce sens.
-  M. Gressier a proposé à la délégation de contacter M. Laurent HABERT

Suite à cette délégation, le comité de défense à décidé :
-  de publier ce compte rendu
-  d’exiger d’être reçus de toute urgence par la direction de la Croix Rouge pour
-  le maintien du centre avec toutes ses activités (Centre médico-psychologique, PMI, chirurgie dentaire, orthodontie, médecine générale, dermatologie, soins et piqûres)
-  le maintien de l’ensemble du personnel sur place
-  de demander aux élus , syndicats, associations d’envoyer des fax et télégrammes à la direction de la Croix Rouge au ministère pour lui demander d’intervenir (1)
M. Mattei , président de la Croix-Rouge Française , 1 place Henri Dunant, 75384 Paris Cedex 08 Fax : 01 44 43 11 01 A M Xavier BERTRAND Ministre des solidarités, de la santé et de la famille, 14 avenue Duquesne 75007 PARIS tel 01 40 56 60 00

-  de convoquer une
-  réunion publique vendredi 9 Décembre
-  à 19 h à la Bourse du travail, 5 rue Dumas,
-  d’y inviter le Maire et les élus

nous, habitants d’Epinay et des communes limitrophes, soussignés, décidons de soutenir et faire connaître autour de nous cette initiative dans l’unité et de mettre en œuvre tous les moyens pour que le centre continue à accueillir les patients après le 31 décembre.

NOM PRENOM QUALITE ADRESSE Tel/email J’adhère au comitéOui/non Soutien financier Signature
"

Pour le Comité
G.PARCABE