Atsem et docs d’accompagnements des programmes

dimanche 3 décembre 2006
par  Jean-Claude ROLLAND
popularité : 4%

ne recherche rapide du terme ATSEM à travers les différents documents d’application et d’accompagnement des programmes concernant l’école maternelle souligne le rôle et les missions éducatives et pédagogiques de ces agents.

- Programmes

Au cours de la journée, grâce aux indications données par l’enseignant, l’enfant repère le rôle et la nature de l’aide que peut apporter chacun des adultes qui constituent un réseau cohérent dans l’école : parents, enseignants, agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM), aides-éducateurs, intervenants.

- Le langage à l’école maternelle

Les ATSEM « tuteurs » de langage
Lors de sa première entrée à l’école maternelle, c’est essentiellement vers l’adulte que le très jeune enfant se tourne pour communiquer ; la confiance en l’adulte, qui répond à ses demandes et l’assurance de pouvoir revenir vers celui-ci en cas de problème et d’être écouté aident le tout-petit à accepter de nouveaux interlocuteurs en dehors de sa famille. Parmi eux, à côté de l’enseignant qui a une place privilégiée, l’agent territorial spécialisé en école maternelle (ATSEM) dont bénéficient aujourd’hui la plupart des classes maternelles a un statut particulier ; [...]
Le projet d’école précise le rôle de tous ces adultes qui sont auprès des enfants.

Plus encore que l’enseignant, au travers de leur fonction éducative, les ATSEM sont souvent les partenaires privilégiés d’une relation duelle, lors de ces moments de vie quotidienne qui permettent des conversations « naturelles », comparables à celles qui s’instaurent entre un parent et son enfant dans la vie familiale.
Parce que les échanges avec les ATSEM sont aussi, comme tous les moments de parole, des moments d’introduction à la complexité de la langue, une attention toute particulière doit être portée à l’effet miroir de son propre langage. Ceci suppose que l’enseignant ait discuté avec l’ATSEM (ou tout autre intervenant régulier) de ce rôle, clarifié l’importance d’une langue contrôlée, correctement construite et sans « à-peu-près » syntaxique. Ces adultes renforceront par là même la responsabilité de chacun dans une activité propice à la formation langagière de chaque enfant.

- Pour une scolarisation réussie des tout-petits

L’équipe éducative
Une réunion des nouveaux parents dans l’école est toujours nécessaire. Elle pourra débuter par une visite des bâtiments et une présentation aux familles de tous les enseignants, des ATSEM ou autres personnels de l’école.

Affectation
Une ATSEM doit pouvoir être attachée à chaque section comportant des tout-petits, que cette section soit homogène ou hétérogène. Il appartient au directeur de l’école et à l’équipe éducative d’organiser dans cette perspective le travail des ATSEM affectées à l’école.

Cantines et transport
Les cantines et le transport scolaire doivent être adaptés. Pendant les repas, l’ATSEM doit veiller au comportement du tout-petit à table. Il serait souhaitable d’obtenir que le ratio adultes disponibles/ enfants soit, pendant le repas, identique à celui que l’on peut offrir en crèche au groupe des grands (un pour huit). Dans les transports, un agent territorial peut assurer la sécurité matérielle et psychologique des tout-petits. Il en est, bien sûr, de même en cas de déplacement dans le cadre d’un projet éducatif ;

La section des tout-petits :
Le système le plus classique consiste à spécialiser une classe (homogène ou hétérogène) de manière à ce qu’elle demeure une cellule autonome d’activités, entièrement équipée en fonction de la présence des enfants de deux ans et dirigée par une enseignante aidée d’une ATSEM à temps plein.

L’accueil
Dans la section des tout-petits ou dans la classe comportant un nombre significatif de tout-petits, il est utile que deux adultes soient présents (enseignant et ATSEM) de manière à ce que les échanges entre l’enseignant et les parents, difficiles à refuser même s’ils sont limités par un dispositif de régulation, ne diminuent pas la qualité de ce moment pour les enfants. La gestion des objets transitionnels fait partie de l’accueil. Cela suppose une stratégie très individualisée et beaucoup de doigté.

Les activités
Ainsi peuvent cohabiter, au cours de la matinée ou de l’après-midi, des lieux d’activités parfaitement orchestrés par la maîtresse avec des coins de jeux libres auxquels chaque enfant peut accéder lorsqu’il le souhaite, sous la surveillance discrète de l’ATSEM.

La collation
On a pris l’habitude d’insérer, au milieu des activités du matin, un moment de collation. C’est un moment éducatif important qui ne peut être laissé à la diligence de la seule ATSEM. Le choix des aliments, leur préparation, leur distribution, la manière de les consommer, le rangement du matériel nécessaire, les précautions d’hygiène, etc., sont autant d’occasions d’apprentissages, souvent plus prégnants que la confection d’un puzzle ou l’emboîtage de cubes. Là encore, les rituels sont essentiels. Ils sont verbaux aussi bien que moteurs. La politesse et les civilités de la table en font partie.

Les récréations
La récréation du matin, comme celle de l’après-midi, doit être disposée de manière à rythmer la demi-journée et non contribuer à isoler un court moment pédagogique d’une accumulation de déplacements (toilettes, collation...) préalables à « l’heure des mamans ». Il est vrai que, l’hiver, l’habillage et le déshabillage des tout petits ne sont pas une mince affaire. L’organisation de l’équipe éducative doit permettre de libérer les ATSEM pour que, à ce moment, elles soient toutes auprès des enfants non encore autonomes. Chaque fois que cela est possible, il paraît judicieux d’organiser une récréation spéciale pour les tout-petits (lieu spécifique, moment spécifique).
Faut-il rappeler que la récréation est un moment éducatif comme les autres ? Elle doit donc être encadrée par l’enseignante de la classe concernée et pas seulement « surveillée ». Il convient, en particulier avec les tout-petits, de distinguer activités d’extérieur et récréation. De nombreuses séances de travail peuvent être menées à l’extérieur les jours de beau temps.

La sieste
Les enfants doivent avoir un « endormissement » calme, dont le rituel est parfaitement établi. Là aussi, la maîtresse et l’ATSEM sont les éléments de référence. Les enfants sont déshabillés (on ne dort pas avec sa robe ou son pantalon), leurs vêtements sont regroupés (dans une corbeille par exemple). Quand ils se réveillent, ils s’habillent avec l’aide de l’ATSEM et de la maîtresse. C’est l’un des moments privilégiés pour raconter une histoire, lire un album avec le petit groupe des premiers réveillés. La surveillance de la sieste peut être assurée par une ATSEM libérant ainsi l’enseignant, soit pour des activités décloisonnées avec d’autres classes si tous ses élèves dorment, soit pour des ateliers ou des activités en petits groupes si une partie de ses élèves ne dort pas. Dans certains cas, l’enseignant ne peut se départir de la surveillance de la sieste. Il peut, toutefois, organiser celle-ci de manière à s’occuper à la fois de ceux qui ne dorment pas (pour des activités silencieuses et calmes) et de surveiller ceux qui dorment.


Commentaires  forum ferme

> Atsem et docs d’accompagnements des programmes
lundi 15 septembre 2008 à 16h25

Bonjour, Je suis nouvelle sur ce forum que je trouve très intéressant. J’ai quelques questions à poser, j’espère que quelqu’un pourra m’aider. Voilà, je commence ma troisième année en tant qu’ATSEM dans une école maternelle. Je travaille dans un RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal). Il y a actuellement 3 classes maternelles dans 3 communes (le regroupement comprend 5 communes). Une école maternelle va être construite dans l’une de ces communes à côté d’une déjà existante. Je pense que dans quelques années il y aura une maternelle en trop et qu’une fermera. J’aimerai savoir ce qui va se passer au niveau des ATSEM. Nous sommes en ce moment 3. Est-ce que celle dont l’école ferme qui sera licenciée ? Est-ce que les titulaires sont prioritaires sur les CDD ? Est-ce que c’est uniquement le maire qui prend la décision ? Merci de m’éclairer. J’adore mon métier et cet avenir me fait peur.

Logo de EME
jeudi 24 septembre 2009 à 22h40 - par  EME

Il faut savoir qu’on ne licencie pas un agent titulaire de la fonction publique si facilement ! En premier lieu, le maire doit essayer de replacer son agent dans un autre emploi, sinon il continue de lui verser son salaire (je ne me souviens plus de la durée mais c’est plusieurs mois). Il y a toujours la possibilité de la mutation. Les maires du RPI peuvent s’arranger pour ne licencier personne. C’est, en tous cas plus "simple" et plus logique de ne pas renouveller un cdd...

> Atsem et docs d’accompagnements des programmes
jeudi 15 mai 2008 à 16h18

j4AI LU ATTENTIVEMENT VOTRE ARTICLE. Je reste perplexe.D’où vient cette méconaissance de notre travail d’ATSEM ? Sans doute, j’ai une part de responsabilité à ne rien divulguer (droit de réserve) et puis l’hypocrie du monde enseignant(vous nous êtes indispensables mais ne le dite à personne, d’ailleurs à l’IUFM nous sommes à peine présenter aux futurs enseignants)). Quoiqu’il en soit je n’ai jamais vu en 20 ans une enseignante mettre les pieds dans un dortoir.Enfin que les enfants dorment ou pas ils doivent tous être couchés jusqu’à l’heure définie par l’enseignant.Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Logo de enseignante PS
vendredi 25 mai 2012 à 20h57 - par  enseignante PS

Enseignante de petite section, j’arrive dès 13h15 pour aider au déshabillage des élèves de petite section qui est un moment de langage ( nom des vêtements, verbe j’enlève mon pull, je le pose auprès de mon lit etc..etc) A 13h 30 début de décloisonnement avec des MS .A 15h aide à l’habillage ,accueil des enfants prêts pour des ateliers,il n’y a pas de récréation l’après midi. Le dialogue est de mise avec l’ATSEM qui est très compétente.
Nous travaillons ensemble en bonne intelligence.
Bon courage

lundi 1er février 2010 à 21h51

Mon atsem par-ci, Mon atsem par-là ! ce n’est pas VOTRE atsem, elle ne vous appartient pas, nous ne sommes pas des objets, bon sang ! vous pouvez dire l’atsem de ma classe par exemple.

Logo de stina
lundi 11 janvier 2010 à 19h21 - par  stina

moi je suis scandalisee de lire cela finalement m darcos doit avoir raison 2 atsem a plein temps revient moins chere qu’une instite qui ne vas bosser que 2h30dans la journee + 30mn de recré car a l heure actuelle les atsem sont assez formées pour gerer des bébés et des ps surtout que votre presence d apres vos dires n est pasz indispensable et quand je lis que les gs dorment alord là j allucine vous n etes pas trop fatigué au moins j ai honte pour vous ;sachez qu’il y a des instites qui bossent qui assurent la sieste qui ne se servent pas des atsm comme des domestiques mais bien comme des aides qui n ont pas a faire votre boulot pour lequel vous etes paye pour je rappel 26h00 semaines alord qu’une atsem dans de nombreuses communes font 40h00 semaines

Logo de EME
dimanche 20 décembre 2009 à 23h41 - par  EME

Je tiens à rester dans mon rôle que je connais parfaitement. Mais mon instit, sous prétexte qu’elle a confiance, dérive ; très régulièrement, je fais les évaluations maths, langage, etc... avec les PS et MS, pendant qu’elle va prendre un café. Je donne les consignes pour le travail sous prétexte que "les enfants comprennent mieux avec toi". Je rappelle souvent les limites de ma fonction mais il faut répéter souvent !

Finalement, je suis assistante plutôt qu’ATSEM. Et je puis vous assurer que les dérives sont de + en + nombreuses dans les classes, si j’en crois les témoignages des collègues avec lesquelles je suis en lien.

Logo de cara
samedi 5 décembre 2009 à 22h28 - par  cara

ilme semble que chacun doit rester à sa place, une ATSEM est une employée municipale dont le rçole est une accompagnement des enfants dans leur petits soucis d’nfants alors que le professeur des écoles est un personnel éducation nationale formé pour l’enseignement. UNe ATSEM ausi performante soit elle ne sera jamais une pédagogue, heureusement, sinon pourquoi n’a t’elle pas fait d’études pour cela. j’en parle avec d’autant plus d’aisance que ma maman était ATSEM et qu’elle ne s’est jamais trompée de rôle

Logo de mamijo
mercredi 14 janvier 2009 à 21h17 - par  mamijo

cela me fait énormément plaisir de voir à quel point vous etes au fond reconnaissante du travail de votre atsem,j’espère qu’elle mesure sa chance !!!!!!!!!!!

Logo de mamijo
mercredi 7 janvier 2009 à 22h38 - par  sol

Moi je n’ai jusqu’à présent pas vu un texte qui dit que je suis obligée de faire l’endormissement de la sieste avant de la laisser à mon ATSEM. De toute manière, je ne vois pas comment je pourrais puisque je surveille les autres élèves dans la cour. Ensuite, comme l’enseigante de Fanfan, je fais l’anglais en C2 et en C3 pendant que l’enseignante de C2 ou de C3 vient travailler avec mes GS dans la classe.
Quand mon ATSEM est en retard, c’est moi qui commence la surveillance du déshabillage(sinon c’est un relais personnel CLAE-ATSEM), je le fais aussi quand elle soigne un gamin, qu’elle est malade (la personne qui surveille la sieste est alors moins connue et je suis plus rassurante). Mais je vois bien quand je viens que ce n’est pas pareil pour eux (ils préfèrent mon ATSEM, moi je suis l’enseignante, je n’ai pas la même statut et pour ce moment là, d’abandon, c’est mieux l’ATSEM : relations privilégiés disent les programmes...).
Par contre, je viens aussi si un gamin se montre pénible à la sieste, je suis l’autorité supérieure (et on finit avec la directrice pour les récalcitrants qui sautent sur les lits en hurlant pour réveiller les copains... si si ca nous est arrivé !)
En rentrant de l’Anglais, je passe généralement la tête dans la salle de sieste pour faire coucou. Comme ça les petits qui ne dorment plus peuvent nous rejoindre (1 heure de repos minimum).
Dans une grande école où j’ai travaillé avant, les enseignantes étaient toutes de service dans la cour. Aucune ne pouvait faire l’endormissement de la sieste. Et puis les ATSEM faisaient ca très bien, on leur faisait absolument confiance...
C’est pour elles un moment privilégié. On se serait senties de trop (comme moi, quand je la remplace et qu’elle arrive : "Ah ! V... !" disent les mômes. On sent que là ils sont prets à se lâcher et à dormir ...)
Les textes sont ils différents d’un département à l’autre ?
Remarque, dans la grande ville régionale de mon coin, les ATSEM n’ont pas le droit d’entrer dans les classes : elles ne font que s’occuper des enfants aux toilettes et le travail de préparation....(découpage, etc) et le ménage pendant que les enfants ne sont pas dans les classes. Horrible !
Mon ATSEM participe à la vie de la classe, surveille ou anime un atelier et est un adulte référent important ! S’en passer est ... idiot, imbécile au mieux ...au pire, je ne trouve pas les mots ... Je ne pourrais pas !

Logo de Fanfan
mercredi 11 juin 2008 à 22h34 - par  Fanfan

Comme ce sont des classes à double niveaux, l’instit de CE ou CM garde la moitié de sa classe... Voilà la réponse à ta question. Fanfan.

Logo de Fanfan
mardi 10 juin 2008 à 22h51 - par  Jean-Claude ROLLAND

Et que fait l’instit de CE ou CM ? S’agit-il d’un échange de service ? L’école élémentaire bénéficie alors d’un enseignant supplémentaire ?

Logo de Fanfan
mardi 10 juin 2008 à 22h05 - par  Fanfan

Dans l’école où je suis ATSEM, je ne vois pas comment l’enseignante de PS pourrait surveiller la sieste dans la mesure où elle donne les cours d’anglais aux CE ou CM durant ce temps. Alors, c’est le système qu’il faudrait revoir, car la "hiérarchie suprême" est bien au courant de cet emploi du temps de l’insti et se doute bien qu’elle ne peut pas être au four et au moulin..... C’est donc encore une fois de plus l’ATSEM que gère seule tout le déroulement de la sieste. Malheuresement, c’est partout pareil.

Logo de EME
mardi 27 mai 2008 à 22h37 - par  EME

Désolée chère collègue inconnue, mais les chartes c’est pour les grandes villes ! Parfois, certains centres de gestion en établissent pour un département en accord avec les collectivités territoriales,les représentants syndicaux, l’inpecteur académique, etc... Bref les chartes sont encore une denrée rare !!!

Et je confirme, moi aussi, après 18 ans de dortoir, que je n’ai jamais vu un enseignant s’en préoccuper ; homme ou femme, jeune ou pas, titulaire ou remplaçant ou stagiaire, sympa ou non, travailleur ou bulleur, malade ou en bonne santé... Jamais je n’ai vu l’un d’eux entrer dans mon dortoir pour voir ce qu’il s’y passe, (même lorsque j’ai été remplacée pour raison de santé par une collègue venant d’une autre commune (et inconnue de tous)) et encore moins pour m’aider à dévêtir les enfants.

Et d’ailleurs... j’y pense tout à coup ! A l’heure du goûter, mon instit, elle est comme les minots : elle a envie de faire pipi et va vite-vite-vite vers les toilettes...d’où elle revient 10mn plus tard... bon ! elle a probablement un petit souci "de ce côté là" mais...bizarre bizarre...

dimanche 25 mai 2008 à 21h47

la je suis sidérée comment un professeur des ecoles n a jamais mis les pieds dans une couchette c est incroyable je crois rêver lorsque je vous lis l atsem veille sur les enfants apres que l enseignant les a endormi c est dans la chartre des atsem de ta ville il faut la lire et en parler à ton référent c ’est hyper important tu dois avoir de sacré longue journéé

Logo de mimine
> Atsem et docs d’accompagnements des programmes
dimanche 7 octobre 2007 à 23h01 - par  mimine

bonjour.
Je suis très surprise de lire que l’enseignant participe à la sieste !
en 24 ans d’atsem je n’ai jamais vue une enseignante s’oocuper des enfants ,que ce soit pour le coucher ou le lever ! et que penser vous d’une sieste qui en dehors de l’école !comment un directeur peut-il autorisé celà !

jeudi 29 mai 2008 à 23h52

Peux tu nous donner les références de la réglementation dont tu parles ? Je ne connais rien d’officiel à ce sujet. Merci

mardi 27 mai 2008 à 20h40

bonjour
Je suis atsem aussi mais je trouve inadmissible la façon dont se déroule la sieste ds votre école, vous devez être au courant de la réglementation, il est interdit pour une atsem d’être seule avec des enfants, vous êtes adulte et responsable, votre devoir est de refuser de faire la sieste ds de telles circonstances, je dirais même que vous êtes même tenue de dénoncer de tels agissements !

Pour ma part, j’ai dénoncé des comportements anormaux de la directrice avec qui je travaillais ! Je pense qu’il ne faut pas oublier que l’on travaille avec des enfants ! Soyez donc responsable !

Bon courage

Logo de mimine
jeudi 11 octobre 2007 à 18h42 - par  mimine

bonjour,comme je le dit plus haut,dans mon école il y a 2 sieste,1 dans l’école et l’autre à l’extérieur de l’école :c’est un ancien logement de fonction d’enseignants.Comment celà peut-il etre autoriser ?et bien sur AUCUN instit ni met les pieds !!!il y a une atsem toute seule avec les enfants.nous avons un talki-walki pour communiqer !

mercredi 10 octobre 2007 à 21h33

bonjour je te contredit je suis actuellement atsem dans une ecole ou la maitresse qui est aussi la directrice de l’ecole vient dans le dortoire endormir les enfants elle y vient de 13h15 a 14h00 apres elle prens les grande section en demi groupe

Logo de M CLARK
> Atsem et docs d’accompagnements des programmes
jeudi 5 avril 2007 à 21h30 - par  M CLARK

je voudrais poser une question
si un enfant de petite section se fait dessus l’atsem doit elle le laver ?
que fait elle du slip sali ?
un enfant qui va aux toilettes seul mais qui apprend a s’essuyer est elle tenue de regarder si il c’est essuyé correctement ?
Dan une cour commbien de personne doivent surveiller 3 classes d’environ 25 enfants/classe ?
MERCI DE ME REPONDRE
AU REVOIR

Logo de stina
lundi 11 janvier 2010 à 19h39 - par  stina

tout a fait les instites vous font croire qu’il ne savent pas quel est leur role alord qu’ils ont un memoire de devoir il suffit d’aller le chercher s’est le KISAITOUT de l’education nationnale tous se qu’elles doivent faire est dessus pour avoir eu le ministre de l education au telephone que l’on soit en primaire ou en maternelle les devoirs sont les memes l’intiste doit en surveillance continue avec les enfants quelle soit l’ativitée (sieste conprise) le KISAITOUT peut etre consulté sur internet a+

Logo de pepsi
mardi 3 février 2009 à 11h57 - par  pepsi

je suis atsem aussi et mon instit est respectueuse de mon travail ou j’étais avant une instit nous prenait pour des bonniches ! son comportement avec les enfants était indadmissible ( irrespect envers l’enfant , problème de boisson) mais on ne peux rien faire elle était protégée par les autres instits !!!des parents ont été voir l’inspecteur sans résultat elle enseigne toujours heureusement plus que 5 mois !!et retraite pour elle

Logo de francoise
mardi 12 août 2008 à 21h28 - par  francoise

Bonsoir, je suis atsem titulaire depuis 13 ans, je ne vois pas pourquoi vous avez le sentiment que l’atsem est une "ennemie" avec laquelle vous devrez partager vos journées. Je me suis toujours bien entendue avec les enseignantes avec lesquelles j’ai travaillé. Depuis 5 ans, je suis avec la même institutrice qui pour rien au monde ne voudrait se séparer de ma présence en classe. Je suis dans une classe de gs.cp et elle est bien contente de m’avoir pour la seconder. Dans la mesure où l’enseignante ne prend pas son atsem pour sa domestique (et oui ça existe...) ou bien que l’atsem ne veuille prendre la place de l’instit.. (ça existe aussi). Alors, tout se passe bien. Il faut établir le dialogue c’est important. J’aime vraiment ma profession, si chacun sait où est sa place, alors on forme un binome super, et pour les enfants c’est génial aussi. Ils savent aussi "qui est qui" comme ça il n’y a pas confusion. bon, allez bonne rentrée.....

Logo de mariel
mercredi 30 juillet 2008 à 15h28 - par  mariel

Bonjour, future instit’ de maternelle je "surf sur le web" afin d’avoir des renseignements sur le rôle de l’ATSEM (j’enseigne depuis 6 ans avec des CM et nous n’avons aucune info sur la collaboration entre ATSEM et prof ").Et bien, en lisant ce site, ça ne me rassure pas du tout : j’ai l’impression que je vais travailler avec un ennemi qui déteste les instit’. Je n’espère qu’une chose, c’est que l’on pourra dialoguer afin d’éviter de sa part une telle haine du corps enseignant.

Logo de capucine
mardi 8 juillet 2008 à 19h16 - par  capucine

je suis atsem non diplômée, et je sais de source sûre qu’une atsem n’a pas le droit de surveiller la récréation toute seule,même si elle est inspectée ce jour là, tout comme elle n’a pas le droit d’accueuillir des enfants si la maitresse est malade et non remplaçée, dans ce cas il faut faire venir un conseiller de la commune et avertir le maire, en attendant qu’une solution soit mise en place, pour ce qui est des toilettes, pour ma part je leur apprends comment s’essuyer, il n’y a que les touts petits que j’aide tout en leur apprenant aussi, si un enfant a fait pipi ou caca dans sa culotte, je rince les vêtements et je les rends aux parents dans un sac en plastique, ils n’ont plus qu’à les laver, sâchez aussi qu’une atsem a droit à sa récréation ou sa pause si l’on préfère, mais qu’elle n’est absolument pas obligée de surveiller les enfants dans la cour, durant ce temps, elle s’avance dans son travail en retard ou tout simplement va fumer sa cigarette tranquille à l’extérieur du bâtiment.

mercredi 19 mars 2008 à 20h40

L’ATSEM n’est pas responsable de la surveillance et ne peut donc l’effectuer sans la présence d’un enseignant. Elle peut toutefois faire partie du personnel de service de surveillance, sous la responsbilité de l’enseignant qui l’accompagne. SCB instit et dir

Logo de vivigab
lundi 17 mars 2008 à 19h50 - par  vivigab

oui tout à fait d’accord avec toi

Logo de raymonde
samedi 15 mars 2008 à 19h39 - par  raymonde

bonjour consernant la récréation on ma toujours dit que cela n’était pas a atsem de surveiller mais aux enseignants

samedi 16 juin 2007 à 08h16

Changer un enfant qui a eu un petit "accident" fait bien sür parti de nos missions de soins d’hygiène apportés au jeune enfant, et lui montrer comment s’essuyer fait partie de notre mission éducative Ne l’oublions pas !!!!

Logo de philippe
mardi 8 mai 2007 à 21h09 - par  philippe

En ce qui concerne la surveillance de la cour, c’est au directeur de fixer le nombre de personnes de service dans la cour. Ce nombre dépend de la configuration de la cour. Dans notre école, nous sommes 4 de service par récré car nous avons une cour en 2 parties.
Dans tous les cas, il faut toujours être 2 : un s’occupe de soigner les éventuels "blessés" pendant que l’autre poursuit la surveillance. L’idéal serait que les 2 enseignants de service ne soit pas au même endroit dans la cour : n’oublions que les enfants sont en récré alors que les enseignants sont en service... Très difficile à mettre en place. Il est vrai que les discussions ne gênent pas forcément la surveillance. L’essentiel est d’ouvrir l’oeil ! Philippe
instit et directeur

vendredi 6 avril 2007 à 02h06

Bien sûr, c’est le rôle de l’atsem de remplacer la maman pour ce genre de chose, pendant le temps de classe. Le slip, je le rince grossièrement et je le met dans un sac avec le gant de toilette. Pour "l’essuyage" je pense qu’il vaut mieux que l’enfant se débrouille seul quitte à salir un peu son slip. Malgré tout je regarde discrètement. Pardonnez moi d’être précise : je n’écarte pas les fesses pour vérifier.

Je ne sais si c’est une bonne méthode mais c’est la mienne. Quand aux récrés je ne sais pas.