ZEP : le grand bal des données disparues.

Une contribution du site "Quelle école pour demain ?"
vendredi 5 mars 2010
par  moka63
popularité : 2%

Une contribution du site "Quelle école pour demain ?" : Une lecture des publications du MEN ...

Les informations publiées par le Ministère de l’Éducation Nationale sur l’école sont si nombreuses et détaillées qu’elles semblent permettre une connaissance approfondie du fonctionnement de cette vénérable institution.

On peut notamment télécharger et consulter chaque année la brochure "l’état de l’École" : près de 80 pages, dont 35 de graphiques et de tableaux. Ces données seront utilement complétées par d’autres publications telles que "L’école en chiffres" plus modeste avec ses 16 pages, ainsi que diverses notes d’information éditées régulièrement sur différents thèmes concernant les écoles, collèges et lycées de notre pays.

Impressionnés par tant de transparence, nous avons donc enregistré la version 2009 de "L’état de l’école," et en avons fait notre livre de chevet... La lecture d’un tel document incitant au grappillage, nous nous sommes donc laissés guider par l’actualité et avons gaillardement attaqué cette mine d’informations par les consacrées à l’Éducation Prioritaire...


L’ÉTAT DE ÉDUCATION PRIORITAIRE EN 2009.

Abréviations :

Nous n’avons pas voulu commencer cet article par l’historique complet des zones d’éducation prioritaire depuis leur création en 1982. On peut cependant trouver celui-ci dans les annexes en fin d’article. Voici cependant un bref rappel des dates clés et abréviations.
- ZEP : Zones d’Éducation Prioritaire (au nombre de 362 en 1982, leur nombre progresse pour atteindre 876 en 97).
- REP : Réseaux d’Éducation Prioritaire (crées en 1997, établissements moins défavorisés, disposant d’aides moins importantes que les ZEP).
- RAR : Réseaux Ambition Réussite (créés à la place des ZEP en 2006). On est alors passé de 876 Zones d’Éducation Prioritaire à 249 Réseaux Ambition Réussite, une réduction de près de 2/3 supposée réduire le "saupoudrage des moyens."
- Collège AR : Collège Ambition Réussite (Collège autour duquel est organisé un RAR, avec les écoles concernées du secteur).
- RRS : Réseaux de Réussite Scolaire (réseaux d’établissements moins défavorisés, disposant d’aides moins importantes que les établissements des RAR).
- EP : Éducation Prioritaire (ZEP + REP avant 2006, RAR + RRS après 2006).

PERFORMANCE.

Résultats au brevet des collèges selon le type d’établissement en 2008. Doc 2009,pages 22 et 23.] :

N.B. : il est conseillé d’ouvrir les documents dans une nouvelle fenêtre (clic droit de la souris sur PC) afin de les consulter plus confortablement en parallèle avec la lecture de la suite de l’article.

Observations :
- L’écart entre les élèves issus des collèges classés Ambition Réussite et les autres est sensible.
- Leur courbe de réussite au Brevet des collèges est nettement décalée par rapport à celle des établissements publics hors Éducation Prioritaire (hors AR + RRS).

Remarques :
- La page 22 du document précise que la différence entre le taux de réussite à cette épreuve en fin de collège Ambition Réussite et ailleurs est de 27%.
- Cette différence s’amenuise grâce au contrôle continu qui rattrape un peu ces enfants (différence de 15,4%).
- Le texte laisse cependant planer le soupçon d’une trop grande indulgence des enseignants des collèges Ambition Réussite relevant indûment les résultats de leurs élèves en cours d’année.

Maîtrise des compétences de base à la fin du CM2.

hors EPARdifférence
% d’élèves maîtrisant les compétences de base en français. 89,8% 76,6% 13,2%
% d’élèves maîtrisant les compétences de base en math. 92,1% 81,1% 11,1%

Maîtrise des compétences de base à la fin de la 3ème.

hors EPARdifférence
% d’élèves maîtrisant les compétences de base en français. 81,6% 50,6% 31%
% d’élèves maîtrisant les compétences de base en math. 89,6% 66% 23,6%

Observations :
- La différence d’acquis dans les établissements de Réseaux Ambition Réussite et les établissement hors Éducation Prioritaire est plus nette encore en français qu’en maths.
- Elle s’aggrave nettement entre la fin du CM2 et la 3ème.

Conclusion :

Cette double approche des performances des élèves tendrait à permettre des conclusions tranchées : le dispositif Éducation Prioritaire semble échouer dans sa mission de réduction de l’échec scolaire et d’amélioration de l’égalité des chances.

75% D’ENFANTS D’OUVRIERS ET D’INACTIFS.

La brochure 2009 accompagne cette constatation de quelques informations complémentaires :

hors EPRAR
Enfants d’ouvriers et d’inactifs 35,2% 75%
Enfants de cadres et d’enseignants 38,3% 8,1%
Ayant redoublé avant la 6ème 14,1% 29,8%

Observations :
- Les enfants de milieux défavorisés sont deux fois plus nombreux dans les collèges des Réseaux Ambition Réussite que dans les collèges hors Éducation Prioritaire.
- Ils constituent dans ces établissements une très forte majorité d’élèves : 75% !
- Le nombre d’élèves ayant redoublé avant l’arrivée avant la 6ème est presque deux fois plus élevé en RAR qu’ailleurs.
- On y trouve remarquablement peu d’enfants d’enseignants et de cadres.

Comment ces paramètres ont-ils évolué dans le temps ?

Saisis d’une fièvre enthousiaste nous téléchargeons donc avec fébrilité toutes les versions disponibles de "L’état de l’école". Nous voici donc armés pour une quête pleine de délices et de surprises...

La première observation qui nous frappe en remontant les années, c’est que le choix des paramètres présentés évolue de façon très sensible d’une brochure à l’autre.


LE GRAND BAL DES DONNÉES DISPARUES.

Nous l’avons vu, les pages "éducation prioritaire" 2009 sont presque uniquement centrées sur les résultats des élèves. Les choses n’ont pas toujours été présentées de cette façon.

Si on se reporte à la plus ancienne version disponible, datant de 2000, on trouve une toute autre vision de la réalité des ZEP.

En effet, les données relevées il y a dix ans offraient des informations précises sur les élèves concernés par l’Éducation Prioritaire, les enseignants qui y exerçaient, les efforts consentis par l’état en termes d’effectifs de classe etc...

Ces paramètres disparaissent l’un après l’autre au fil des brochures. Cet appauvrissement sensible des informations accessibles à tous peut sembler singulier. Il oriente en tout cas fortement le regard porté sur les établissements des quartiers populaires, et réduit les possibilités d’une analyse fine de leur fonctionnement...

Reprenons cependant l’évolution des différents chiffres, avant leur évaporation...

suite ici sur "Quelle école pour demain ?"



Le choix des informations données ou passées sous silence la brochure : "l’état de l’École" indique un changement décisif du regard porté sur l’Éducation Prioritaire.

Depuis 2000, les données concernant les efforts de l’état en faveur de l’Éducation Prioritaire ont disparu une à une : plus de tableaux présentant les différences d’effectifs des classes ou le nombre d’heures attribuées en Éducation Prioritaire ; plus de graphiques concernant les enseignants, la structure des équipes, le coût réel des salaires, la pénibilité du travail.
A partir de 2007, les données publiées s’attachent presque uniquement à mettre en valeur les différences de performance entre les établissements d’Éducation Prioritaire et les autres. Cette différence est significative dans les écoles, elle est plus forte encore dans les collèges.
Cette forte mise en évidence des (sous)-performances des établissements d’Éducation Prioritaire met en valeur une obligation de résultat qui peut sembler louable. Elle s’accompagne cependant de la disparition de toute transparence sur l’obligation de moyens qui devrait accompagner cette exigence d’efficacité.


Commentaires  forum ferme

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

  • ZEP : le grand bal des données disparues.