Lire et enseigner, de nos jours

jeudi 9 juin 2005
par  Marc Da Silva
popularité : 4%

Histoire de voir si les profs d’aujourd’hui se sentent tout de même utiles...

L’ordre des lettres

Je n’invente rien, mais je me suis dit que c’était le moment en cette fin d’année scolaire pour réfléchir à l’année suivante.
Juste un petit test alors. Vous comprendrez par la suite où je veux en venir.


Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire soeint à la bnnoe pclae.
Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlbème. c’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmeê, mias cmome un tuot.
La peruve...

Ceci montre deux choses :

- d’une part, ce test peut aiguiller les profs de cycle II dans le choix de méthode de lecture

- d’autre part, est-il pertinent pour les autres de s’acharner sur leurs élèves à propos des erreurs orthographiques lexicales, ou autre ?

Pour ma part, moi qui pensais devoir enseigner bientôt le langage texto, me voilà totalement déconnecté !

Allô ? Y-at-il quelqu’un pour me rebrancher ?

Marc da silva


Commentaires  forum ferme

Logo de Philippe Rocher
> Lire et enseigner, de nos jours
lundi 13 juin 2005 à 00h40 - par  Philippe Rocher

Cher Marc

L’info n’est pas neuve. Elle a paru dans le Monde il y a au moins un an.

ec uq’li tauf toutrus retuoja c’tse euq suot sel serdroséd en tnos sap stnelaviuqé te uq’li tuaf ne reilucitrap rineniam sniatrec stnemepuorg ed serttel snad sel stom ruop euq al erutcel tios elbissop.

Ce qu’il faut surtout ajouter c’est que tous les désordres ne sont pas équivalents et qu’il faut en particulier maintenir certains groupements de lettres dans les mots pour que la lecture soit possible.

Logo de Marc da silva
lundi 13 juin 2005 à 22h18 - par  Marc da silva

Cher Philippe,
En tant que ZIL tu voyages et tu en vois de toutes les couleurs...Ma source n’est pas neuve - extrait du Libé- , je suis content de voir qu’elle te tienne pourtant à coeur !
Tu as raison, le débat est complexe, compliqué, mais pour faire simple je voulais juste me référer au fait que notre si jolie langue, que nous enseignons, est de moins en moins bien assimilée par nos élèves et c’est ce qui m’effraie.
Alors j’appelle les instits - ou profs- à lire et faire lire en classe plus et encore plus afin de développer l’imaginare en littérature, de permettre à l’enfant de photographier les mots en orthographe, à comprendre des problèmes en maths et à s’exprimer à l’oral mais aussi à l’écrit justement - en gardant le thème des maths - pour communiquer sa démarche et expliciter son raisonnement...
Alors tu comprendras que l’ordre des lettres importe peu dans cette affaire. c’est juste que je pense que l’enfant doit apprendre à différencier les multiples usages du français. Comme s’il devait comprendre que les gros mots, il faut les connaître, mais les utiliser à bon escient : le facteur de "l’inrerlocuteur" étant déterminant.
"g ve vraiment ke lé élèves parviennent à rédiG otrement ke com ça leur CV".
Les ordinateurs dans une salle informatique c’est bien, mais utilisés par tous ce serait tellement mieux !
Vite des heures de formation. On en revient toujours à la même chose.
cordialement.

Logo de Marc da silva
lundi 13 juin 2005 à 01h01 - par  Philippe Rocher

Un autre exemple avec le même texte que précédemment ( qui respecte les critères de la première et de la dernière lettre pour les mots de plus de trois lettres, et inverse l’ordre des autres lettres) montre que tout n’est pas si simple...

ec uq’li fuat soutrut aetuojr c’tse euq tuos sel derdrosés en snot sap étnelaviuqs te uq’li tuaf ne peilucitrar mineniar cniatres gtnemepuors ed lerttes dnas sel mtos puor euq al lerutce siot plbissoe.

Quand à l’orthographe, l’expérience de Cambridge semble plutôt montrer que l’identification des mots dans de telles conditions suppose au contraire la connaissance préalable des mots cibles et donc, de leut forme ortho-graphique.