Grand corps malade : Education Nationale.

mercredi 13 mai 2009

12 mai, sur la dernière page de « Libération », un slam de GCM « Education Nationale », ...

et un clip :


J’m’appelle Moussa J’ai 10 ans j’suis en CM2 à Epinay
Ville du 93 où j’ai grandi et où j’suis né
Mon école elle est mignonne même si les murs sont pas tous neufs
Dans chaque salle y’a plein de bruit et dans ma classse on est vingt-neuf
Pas beaucoup d’élèves modèles et on est un peu dissipés
J’crois que nous sommes ce qu’on appelle des élèves en difficulté
Moi en math’s j’suis pas terrible mais c’est pas pire qu’en dictée
Ce que j’préfère c’est 16 heures j’retrouve les grands dans mon quartier
Pourtant ma maîtresse j’l’aime bien elle peut être dure mais elle est patiente
Si jamais j’comprends rien elle me réexplique elle est pas chiante
Elle a toujours plein d’idées et plein de projets pour les sorties
Mais on n’a que deux cars par an qui sont prêtés par la Mairie
J’crois qu’mon école elle est pauvre on n’a pas de salle informatique
On n’a que la cour et le préau pour faire de la gymnastique
A la télé j’ai vu des classes faisaient du golf en EPS
Nous on n’a que des tapis et des cerceaux et la détresse de nos maîtresses

Alors si tout se joue à l’école il est temps d’entendre le S.O.S
Ne laissons pas se creuser le fossé d’un enseignement à deux vitesses
Au milieu des tours il y a trop de pions dans le jeu d’échec scolaire
Ne laissons pas nos rois devenir fous dans des défaites spectaculaires


L’enseignement en France va mal et personne ne peut nier la vérité
Les Zones d’Education Prioritaire ne sont pas des priorités
Les classes sont surchargées par comme la paye des profs minés
Et on supprime des effectifs dans des écoles déjà en apnée
Au contraire, faut rajouter des profs et d’autres métiers qui prennent la relève
Dans les quartiers les plus en galère créer des classes de 15 élèves
Ajouter des postes d’assistants ou d’auxiliaires
qui aident aux devoirs,
Qui connaissent les parents et accompagnent les enfants les plus en retard
L’enseignement en France va mal, l’Etat ne met pas assez d’argent
Quelques réformes à 2 balles pour ne pas voir le plus urgent
Un établissement scolaire sans vrai moyen est impuissant
Comment peut-on faire des économies sur l’avenir de nos enfants ?
L’enseignement en France va mal car il ne rend pas les gens égaux
Les plus fragiles tirent l’alarme mais on étouffe leurs échos
L’école publique va mal car elle a la tête sous l’eau
Il n’y a pas d’éducation nationale, y’a que des moyens de survie locaux
Alors continuons de dire aux petits frères que l’école est la solution
Mais donnons-leur les bons outils pour leur avenir car attention
La réussite scolaire dans certaines zones pourrait rester un mystère
Et l’égalité des chances un concept de ministère
Alors si tout se joue à l’école il est tant d’entendre le SOS
Ne laissons pas se creuser le fossé d’un enseignement à 2 vitesses
Au milieu des tours il y a trop de pions dans le jeu d’échec scolaire
Ne laissons pas nos rois devenir fous dans des défaites spectaculaires
Je m’appelle Moussa, j’ai 10 ans, je suis en CM2 à Epinay,
ville du 93 où j’ai grandi et où je suis né
C’est pas de ma faute à moi si j’ai moins de chance d’avoir le bac,
C’est simplement parce que je vis là... que mon avenir est un cul-de-sac.

...

- lire ici la démarche de Fabien
- sur le tournage dans une école de Saint-Denis