La colère et l’angoisse

vendredi 3 décembre 2004
par  Y.Trigance
popularité : 3%

La condamnation de Philippe génère objectivement une colère à l’endroit de notre justice : sans reprendre tous les arguments mis en avant depuis ces huit dernières années, il est absolument insupportable qu’un enseignant présent dans sa classe, au milieu de ses élèves, ayant averti les enfants des dangers potentiels, soit condamné alors qu’il n’a commis aucune faute. Au drame que constitue le décès d’une enfant s’ajoute aujourd’hui le drame d’un homme et de ses proches marqués pour toujours . Notre justice condamnera-t-elle demain des parents qui , chez eux, n’auront pu empêcher tel ou tel accident domestique, première cause de mortalité des enfants en France ?
Que les choses soient claires : jamais les enseignants n’ont revendiqué quelque impunité que ce soit.
Mais aujourd’hui, l’inquiétude est maximale : tout enseignant qui tourne le dos à ses élèves en écrivant au tableau, en se penchant sur un enfant pour l’aider dans son travail ou en prenant des cahiers dans l’armoire de la classe est susceptible d’être condamné.
Comment l’Education nationale peut-elle demander dans ses programmes d’enseignement le développement de l’autonomie, de la prise de responsabilité si dans le même temps la justice de notre pays condamne celles et ceux qui sont en charge de l’application et de la mise en œuvre de ces programmes ?
Cette insupportable contradiction entre les missions fixées par l’Education nationale et les décisions de la Justice de notre pays ne peut plus durer : notre Société a le devoir de clarifier et de dire aux enseignants dans quel cadre ils peuvent travailler.
Il y a urgence : aujourd’hui, en France, dans la colère et l’angoisse , des milliers de femmes et d’hommes ne peuvent plus exercer leur métier au service des élèves.


Commentaires  forum ferme

Logo de Jean-Claude ROLLAND
Forum "Responsabilité"
samedi 4 décembre 2004 à 18h59 - par  Jean-Claude ROLLAND

Voir réponses sur le forum