Le vieillard et l’âne

 mars 2005
par  Philippe Rocher
popularité : 2%

LE VIEILLARD ET L’ÂNE

Un vieillard sur son âne aperçut en passant
Un pré plein d’herbe et fleurissant :
Il y lâche sa bête, et le grison se rue
Au travers de l’herbe menue,
Se vautrant, grattant, et frottant,
Gambadant, chantant, et broutant,
Et faisant mainte place nette.
L’ennemi vient sur l’entrefaite.
« Fuyons, dit alors le vieillard.
- Pourquoi ? répondit le paillard :
Me fera-t-on porter double bât, double charge ?
- Non pas, dit le vieillard, qui prit d’abord le large.
- Et que m’importe donc, dit l’âne, à qui je sois ?
Sauvez-vous, et me laissez paître.
Notre ennemi, c’est notre maître :
Je vous le dis en bon françois. »

Jean de La Fontaine, Fables, Livre VI, 8


SOURCE

Phèdre : Le vieillard et l’âne


Documents joints

Le vieillard et l'âne
Le vieillard et l'âne
Jean de La Fontaine, Fables, Livre VI, 8

Commentaires  forum ferme

Logo de Jean-Claude ROLLAND
Le vieillard et l’âne
vendredi 30 octobre 2009 à 11h49 - par  Jean-Claude ROLLAND

"Notre ennemi, c’est notre maître"
Cet âne déteste tout autant le maître qu’il sert que le maître qu’il servira.
Qu’il soit ingrat envers un maître bon ou qu’il souffre d’un maître mauvais, ... c’est la liberté que recherche cet âne. Etre libre, c’est ne plus servir ?
Voir aussi le loup et le chien

Logo de Jean-Claude ROLLAND
vendredi 7 janvier 2011 à 19h31 - par  Philippe Rocher

L’expression est ambiguë, mais peut être ne l’était-elle pas au XVIIe siècle... Je pense que vous avez raison sur ce point et que "en bon françois" fait moins référence à la langue qu’au peuple, et est plutôt équivalent à "en tant que bon français, c’est à dire libre".

jeudi 6 janvier 2011 à 16h11

François vient de français qui vient de franc qui fait référence à affranchi c’est-à-dire libre. Cette fable renvoie souvent à celle du loup et du chien, et donc au thème de la liberté. S’il précise "en bon françois" c’est pour insister sur le fait que l’âne fait son choix librement. Je ne suis pas sûre que La Fontaine ait d’autres considérations ...

vendredi 30 octobre 2009 à 13h49

Le dernier vers me parâit devoir être commenté aussi. Pourquoi en effet La Fontaine tient-il tant à ce que l’âne précise que sa morale est énoncée "en bon françois" ? Quel serait le rapport entre avoir un maître et parler "françois" ? Pour le dire autrement, de quel(s) autre(s) maître(s) pourrait-il s’agir et à quoi la fable pourrait-elle aussi, de manière oblique, faire référence...?

Logo de Phil R.
vendredi 30 octobre 2009 à 12h08 - par  Phil R.

Remarquer aussi que l’âne est plus libre que son maître que la peur fait fuir...L’âne, lui, assume la liberté que son maître prend de le faire paître dans un pré qui n’est pas le sien. Ccntrairement à l’animal, le maître de l’âne n’est pas son propre maître.
Il convient donc aussi de se libérer de toute sorte de "maîtres" que l’on porte en nous. On est esclave de beaucoup de choses. La servitude est parfois volontaire...Qu’est-ce qu’une "mentalité d’esclave" ?

Le vieillard et l’âne
vendredi 30 octobre 2009 à 11h09

Svp aidez moi... Je ne trouve pas la morale de cette fable et je dois l’expliquer a la rentrée des vacances c’est a dire dans une semaine. Quelqu’un pourrais m’aider svpp ?!!