Vers une professionnalisation du métier (2)

Intervention de G. Chauveau
mercredi 17 mai 2006
par  Jean-Claude ROLLAND, Philippe Rocher
popularité : 3%

es pratiques pédagogiques efficaces, intervention de Gérard Chauveau à la journée de l’OZP à laquelle Eppée était invité.


Gérard Chauveau, est chargé de recherche à l’INRP. Décrivant un travail mené sur une douzaine d’écoles situées en ZEP dont les résultats scolaires des élèves étaient supérieurs à ce qui était attendu au regard des catégories socioprofessionnelles (CSP) des familles, ce chercheur propose quelques analyses permettant d’interpréter ces résultats singuliers.

Ces écoles ont des caractéristiques communes :

- Au niveau organisationnel,

  • une grande stabilité des membres des équipes pédagogiques
  • un fonctionnement plutôt démocratique en ce qui concerne les décisions prises par ces équipes
  • une solidarité et une entente entre les membres de l’équipe due en grande partie à une reconnaissance mutuelle des qualités professionnelles des uns et des autres
  • le rôle du directeur plus proche du chef de projet(s) que de directeur d’établissement

- au niveau des orientations pédagogiques, une centration sur les apprentissages scolaires et la recherche d’une meilleure articulation des savoirs "techniques" et de la culture.

- au niveau des orientations sociales

  • des liens forts avec le milieu local
  • une attitude positive envers les familles et les élèves

D’après G. Chauveau et au regard de ces recherches, il est temps de re-donner la priorité à la pédagogie et à la didactique. Il ajoute qu’il n’existe pas de causes directes de l’échec scolaire mais bel et bien un contexte de cet échec. Le facteur le plus important de la réussite scolaire est le facteur pédagogique.

Il affirme encore que l’effet maître et l’effet établissement ont une importance plus grande que les catégories socioprofessionnelles des familles de nos élèves. Pour prévoir la réussite d’un élève, « mieux vaut connaître le nom du maître que le métier du père ». Le chercheur remarque encore que pour deux enfants ayant à peu près les mêmes aptitudes et issus de familles de CSP équivalentes, les chances de réussite scolaire peuvent varier de 1 à 7/10.

Autre analyse concernant les ZEP, on observe, dit-il, une grande hétérogénéité pédagogique en ce qui concerne les pratiques enseignantes, des pôles d’excellence et des poches de pauvreté pédagogiques.

Quelles sont les caractéristiques des ZEP ?

- Deux fois plus d’élèves faibles, 15% à 30% d’élèves en difficulté en lecture dont 90% seront ce qu’on appelle des élèves "décrocheurs"
- Au delà de la simple hétérogénéité qui est le lot de toutes les classes, on observe cependant un éventail beaucoup plus large
- une concentration des CSP équivalentes, ouvriers, employés et chômeurs, et une diminution des résultats scolaires.
- Une grande sensibilité aux facteurs pédagogiques (effet maître, effet directeur, qualité du pilotage)

De même, depuis 1981 on a pu observer quelques fois les effets pervers de l’action pédagogique : une crainte de la marginalisation et de ce fait une inaction de certains acteurs des ZEP par crainte (irraisonnée) d’une marginalisation plus grande, des glissement d’objectifs, des dérives, des détournements ou retournements des mesures et des moyens, des mises à l’écart, ...

Que seraient ces pratiques d’excellence ? Que faire pour que nos élèves apprennent ? G. Chauveau propose un recentrage autour de 7 fondamentaux des apprentissages :

- Se centrer sur les connaissances et les savoir-faire
- Réfléchir aux méthodes scolaires, au métier d’élève
- Valoriser les pratiques développant les capacités cognitives des élèves, la mémoire et le raisonnement
- Développer les attitudes propices à l’apprentissage : la curiosité, un rapport amical aux choses scolaires, le respect de l’autre.
- Développer des pratiques de "métacognition", se regarder apprendre, observer comment on apprend
- Favoriser les situations de réinvestissement des savoirs et des compétences dans le non scolaire.
- Favoriser le plaisir d’apprendre indissociable du plaisir de comprendre.

Dans la salle, une question est posée : Que serait un enseignant ayant une bonne pratique ?

G. Chauveau répond sur 4 points :

- des compétences pédagogiques et didactiques
- des compétences organisationnelles permettant de mettre les élèves au travail en diversifiant et en tenant compte d’un facteur essentiel :le temps d’activité de l’élève, ce qu’on appelle "le temps fécond"
- des compétences sociales : ouverture
- une éthique de service. Tous les élèves sont capables et tous les moyens possibles devront être mis en oeuvre.

Pour revenir sur la stabilité des équipes enseignantes et sur la population scolaire des ZEP, un débat rapide avec la salle évoque la "fuite" des enseignants et les stratégies d’évitement des parents concernant les établissements ZEP. G. Chauveau répond que tout ce qui peut être mis en place concernant les pratiques pédagogiques par les équipes enseignantes est inutile tant qu’un préalable de mixité sociale et de destruction des ghettos n’est pas mis en œuvre au niveau politique.

Ajoutons ici et de manière forte que cette mixité sociale, cette fin miraculeuse des ghettos, ce voeu pieux d’une véritable politique sociale de logements et d’urbanisme à visage humain, cette reconstruction du tissu social, cette vie associative que chacun désire pour ce qu’on appelle les "quartiers" est une UTOPIE et ne saurait être une condition siné qua non, un préalable à un travail au quotidien des équipes pédagogiques, à une professionnalisation du métier, à des pratiques pédagogiques centrées sur les apprentissages des élèves, à l’émergence de ces pôles d’excellence.

Ce préalable, posé ici par Chauveau au terme de son intervention ne peut que renforcer le désespoir et le "pathos" dans lesquels les uns et les autres peuvent se complaire dans nos ZEP en évitant ainsi toute pratique reflexive essentielle à une professionnalisation du métier.


Compte-rendu rédigé à partir de notes lors de l’intervention de G. Chauveau mais passé au filtre de la réflexion des rédacteurs ... ;-) donc sûrement peu objectif ...

Bibliographie :
- A l’école des banlieues.- Paris : ESF, 1995.
- Ecole efficace : de l’école primaire à l’université.- Paris : Armand Colin, 1995.
- Ecoles et quartiers. Les dynamiques éducatives locales.- INRP, L’Harmattan, 1989.
Contrats en éducation la pédagogie du contrat, le contrat en éducation.- Paris : L’Harmattan, 1987.
- Comment réussir en ZEP ? Vers des zones d’excellence pédagogique.-Retz, 2000
...


Commentaires  forum ferme

Logo de Jean-Claude ROLLAND
Vers une professionnalisation du métier (2)
dimanche 8 octobre 2006 à 00h52 - par  Jean-Claude ROLLAND

L’OZP (Observatoire des Zones Prioritaires) publie ici dans les actes de la journée nationale de l’OZP 2006 une transcription réalisée par Claude Vollkringer de la Conférence de Gérard Chauveau : LES CONDITIONS D’UNE ECOLE EFFICACE EN ZEP ; METTRE LA PEDAGOGIE AU CENTRE.