France 2 : JT 20 heures : Haro sur l’école ...

dimanche 1er octobre 2006
par  Jean-Claude ROLLAND
popularité : 5%

Dimanche 1er octobre, un petit reportage bien banal sur l’école (transcription : JC Rolland)

Béatrice Schönberg : Education, avec cette question récurrente : le niveau d’orthographe des élèves de primaire a-t-il baissé en France ? Certains instituteurs en sont convaincus ...Au point de s’être regroupés pour le retour de l’enseignement classique des années 50. Ils enseignent à l’ancienne. A Roncq, dans le nord ...Anne Guéry, Mattias Barrois.

Journaliste (voix off) : Elle a entre les mains l’objet de sa révolte : le bulletin scolaire d’une élève qui arrive d’une autre école. Déjà pas de note pour évaluer mais des couleurs ... Difficile de s’y retrouver. Quand le vert est majoritaire, c’est le signe, dit le bulletin, d’un bon niveau.

- F. Candelier (enseignante en CM1) : Elève considérée comme bonne. Avec une appréciation du maître correcte : très bon travail, bon investissement, bonne continuation dans la nouvelle école.

La petite a 9 ans, elle entre en CM1 et voilà ce qui arrive à la première dictée :

... ils ouvrent de grands yeux et ils écoutent

... il ouvre de ransie et il écoute. (sur le cahier de l’élève)

- F. Candelier, relisant le cahier : ransie (prononcé ranzi) ; grands yeux

- F. Candelier :Cette petite fille est manifestement en grande difficulté. Les parents ne l’ont pas vu, les parents ont cru que leur petite fille était en situation de réussite. Donc, ce... ce cas-là se reproduit maintenant de plus en plus ...

Pour remonter le niveau de ses élèves, Françoise Cordelier a décidé de changer son enseignement de CM1. Fines, les nouvelles pédagogies, retour aux bonnes vieilles méthodes des années 50 rebaptisées d’un drôle de nom : Slecc

- F. Candelier : Slecc, c’est Savoir Lire Ecrire Compter Calculer

Slecc, autrement dit de la grammaire et de l’orthographe à fortes doses. La méthode : une leçon, des exercices d’application, on rabâche et on recommence.

-  F. Candelier : Bien travailler, bien revoir, réviser, répéter ...

Et pour parler grammaire, Françoise Candelier refuse obstinément le jargon pédagogiste imposé ces trente dernières années, responsable, dit-elle, des lacunes chez les élèves.

-  F. Candelier : Pour trouver son sujet, avant, on posait, par exemple la question « qui est-ce qui ? ». Exemple tout simple : « Le chat mange la souris ». « Qui est-ce qui mange ? Le chat. » Tous les enfants de France et de Navarre trouvaient leur sujet très vite. Pendant de nombreuses années, il a été interdit de poser la question « Qui est-ce qui ? » Fallait mener une enquête ...

Kristina est l’une des meilleures élèves de Françoise Candelier, appliquée, en progrès constants. Mais elle revient de loin. L’an dernier, quand elle a rejoint la classe Slecc, elle venait d’une autre école, elle n’avait pas le niveau.

-  Natasa Koncar (mère de Kristina) : Elle était en retard dans tous les domaines, dans le français, dans les mathématiques, tout.

-  Journaliste : En combien de temps, elle a rattrapé son retard ?

-  Natasa Koncar : En 3 mois

Slecc, Savoir Lire Ecrire Calculer Compter, la méthode peut-elle enrayer ce triste échec : 15% d’élèves qui entrent en 6ème ne savent pas bien lire. Quoi qu’il en soit, elle est expérimentée dans quelques écoles, avec l’aval de l’Education Nationale.

F. Candelier n’est pas une institutrice choisie au hasard. Cela rappelle les reportages sur Rachel Boutonnet ou Marc Le Bris. Y’aurait-il un lien ?

Ce réseau de classes primaires expérimentales (projet SLECC : "Savoir Lire Ecrire Compter Calculer") est soutenu par le Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur les Programmes (GRIP) et "Sauver les lettres" obtient apparemment, ce reportage en est la preuve, également le soutien de notre ministre et de la (sa) télévision publique ...

L’opération agressive menée par les médias et "Sauver les Lettres" qui a eu lieu sur la liberté pédagogique des enseignants en ce qui concerne la lecture se renouvelle à propos de l’enseignement de la grammaire. Le ministre l’avait annoncé, puis ce sera les mathématiques ...

On remarquera que le documents d’accompagnement des programmes concernant l’observation réfléchie de la langue n’est toujours pas édité. En effet, le projet, disponible sur ce site, ne semble pas satisfaire tout ce petit monde ...


Commentaires  forum ferme

Logo de antoine
> France 2 : JT 20 heures : Haro sur l’école ...
dimanche 8 octobre 2006 à 20h53 - par  antoine

Et alors ? En quoi êtes-vous indigné ? Que des instituteurs comme F. Candelier réussissent là où des années de pédagogisme ont échoué, en quoi est-ce scandaleux ?

Logo de antoine
dimanche 8 octobre 2006 à 23h04 - par  Jean-Claude ROLLAND

Indigné ? Non. Dubitatif, sûrement.
Je m’interroge simplement sur le rôle des médias et des journalistes qui semblent vouloir porter sur le devant la scène ces querelles stériles à propos de la lecture, de la grammaire, du calcul, remettant en cause la liberté pédagogique et l’enseignement de nombreux instituteurs et professeurs d’école, se faisant ainsi le relais du ministre. Rien de nouveau, certes, mais cet exemple et celui des 300 journalistes suivant une opération de police d’envergure dans les cités me questionnent. Complaisance ?
Les ficelles sont un peu grossières :
-  une institutrice qui n’est pas présentée, prise au hasard ? Les journalistes ne savaient-ils pas qui ils allaient filmer ? Il faut savoir que pour pouvoir filmer dans une classe, de nombreuses autorisations sont nécessaires. F. Candelier n’est pas une enseignante ‘lambda’, c’est une militante du Slecc et du Grip.
-  les autorités hiérarchiques, de l’inspection académique au ministre ne pouvaient ignorer ce reportage, elles l’ont donc facilité.
-  F. Candelier se pose d’abord en victime : il lui aurait été interdit de procéder de telle ou telle façon pour enseigner à ses élèves comment retrouver « leur » sujet … A d’autres ! Aucune interdiction de ce type n’a jamais existé jusqu’à présent, mais on le voit les temps changent : les prescriptions ministérielles se teintent d’interdiction, non ? Et que penser de la mise à l’écart de l’ESEN de R. Goigoux ?
-  La méthode Slecc semble magique et un exemple le prouve : en 3 mois, la petite Kristina retrouve un niveau convenable.
-  On le sait bien, quelques exemples font une règle ! Cela présage d’un enseignement rigoureux du fonctionnement de la langue. Mais cela n’est pas du fait de F. Candelier mais bien du reportage.
-  Le dénigrement est le moyen suprême de s’auto valoriser : le bulletin scolaire d’une élève qui arrive d’une autre école, elle venait d’une autre école, elle n’avait pas le niveau …
-  Comment les téléspectateurs pourraient ne pas être d’accord avec le reportage : on y voit une enseignante qui fait réussir ses élèves ? Ne pourrait-on voir ces mêmes réussites dans d’autres classes ? De part mon métier, je suis très souvent dans les classes et je vois ces réussites dans des classes menées par des enseignants souvent jeunes

Effectivement, je suis d’accord avec vous : rien de scandaleux : toutes les méthodes d’enseignement qui respectent l’élève et l’enfant, si elles parviennent à construire des apprentissages, sont, de ce simple fait, valides et utiles. Débattons de leurs points forts et de leurs points faibles, mais laissons les enseignants avec l’appui des recherches décider de leurs pédagogies.