Une fête du livre ...

dimanche 28 mai 2006
par  Jean-Claude ROLLAND
popularité : 2%

Un samedi , comme beaucoup d’autres surtout en mai et juin, jour de "vadrouille" des conseillers pédagogiques : qu’ils soient invités ou non, ils se rendent d’école en école pour "voir" ... restitutions d’ateliers de pratiques artistiques en théâtre, danse, expositions de travaux d’élèves, kermesses, fêtes d’écoles, fêtes du livre, ...

C’est de ces dernières dont je voudrais vous parler rapidement ici. Derrière ce terme, quelles sont les pratiques des écoles ?

La fête du livre, fête du libraire.
En partenariat avec un libraire, une selection d’ouvrages choisis selon des critères différents (stock du libraire, livres à petits prix, quelques incontournables, quelques succès de librairie, ...) est disposée sur des tables et des bancs dans un préau décoré pour l’occasion. Les parents sont invités avec leur enfants à venir voir les travaux des élèves, la décoration et à acheter quelques livres. Le bénéfice de cette vente est versé à la coopérative scolaire grâce à une "ristourne" que concède le libraire partenaire.
Au-delà de l’aspect qui peu paraître purement et simplement mercantile, ces actions ont un triple mérite :
- faire se rencontrer parents, enfants et enseignants autour de la lecture
- proposer aux familles des ouvrages qu’elles n’ont pas l’habitude de voir en supermarché et ainsi offrir un choix de qualité d’oeuvre de littérature enfantine.
- faire de l’école un lieu d’échanges culturels et de service de proximité. C’est d’ailleurs, notons le, un des derniers services publics de proximité dans certains quartiers.

La fête du livre, les rallyes lecture
Sur le même principe que précédemment, la décoration sera plus thématique, les classes ayant travaillé certains ouvrages : littérature, lecture, arts visuels, travail en réseau thématique ou autour de l’oeuvre d’un auteur qui le cas échéant est invité à rencontrer les élèves.
Les parents sont de la même façon invités à venir acheter quelques livres.
Des actions pédagogiques ciblées et pertinentes sont montées par l’équipe enseignante et quelques parents. Des équipes d’élèves doivent retrouver les ouvrages dans la seléction, un adulte ou un élève plus âgé (école élémentaire ou collège), lit au groupe l’histoire. Des questions adaptées à l’âge ont été préparées par les classes ou les maîtres et le groupe en activité répond.
Outre les vertus de ces actions en faveur de la promotion du livre et de la lecture, on notera que de vrais liens se tisssent entre les cycles des écoles et également avec le collège. Les élèves qui préparent des lectures s’investissent et ces actions donnent du sens à la lecture à haute voix.

Une fête du livre, dans une école maternelle REP-ZEP, Zone urbaine sensible, quartier d’Orgemont
Donc, Samedi dernier, je me rends avec ma collègue dans cette école maternelle entourée de cités.
La directrice, surprise de nous voir (par modestie, peut-être, elle n’a invité personne de l’inspection) est à la porte, surveillant entrées et sorties en accueillant chaleureusement les parents, les enfants, faisant ranger les poussettes et les chariots pour le marché qui envahissent l’entrée.
En entrant dans le hall, un joyeux brouhaha, de nombreuses familles sont là, papas, mamans, bébés, se déplaçant d’expositions de travaux à l’autre. Et surprise, aucun livre en exposition sur des tables. Mais où sont-ils ces bouquins dont ont fait la fête aujourd’hui ?
Quelques caisses de livres sont posées. Autour, s’affairent élèves, parents, enseignants. Des lecteurs adultes et enfants, parents, enseignants, bibliothécaires, élèves, ... attendent simplement qu’un "auditeur" s’approche et demande une lecture. Ce qui est fait. Si d’autres sont intéressés, ils s’approchent, écoutent ou s’éloignent, librement.
Ces modalités issues de la réflexion de l’équipe et du partenariat avec A.C.C.E.S. (Actions Culturelles Contre les Exclusions et les Ségrégations) paraîssent ici particulièrement intégrées. Des groupes se forment donc autour des lecteurs, des échanges, des discussions, des lectures, des re-lectures ... Et tout cela avec un plaisir non dissimulé des uns des autres.

Une mère non lectrice (en français) souriante et heureuse de la lecture effectuée par une bibliothécaire.

Fini la peur de l’école. Fini la peur de la lecture en français. Fini la peur de ces silences quasi-religieux qui entourent la lecture en bibliothèque.
Juste le plaisir, le plaisir et le partage de l’acte de lire.

A méditer,non ?

Voir sur Epinay-sur-Web, la fête du Livre de l’école maternelle Rousseau


Commentaires  forum ferme

> Une fête du livre ...
dimanche 4 juin 2006 à 01h08

Voir aussi à Gros-Buisson à Epinay.