La réunion de parents d’élèves

mardi 22 août 2006
par  Jean-Claude ROLLAND
popularité : 4%

réparer une réunion de parents d’élèves. Pourquoi ? Comment faire pour que les parents sentent qu’ils font partie de l’équipe éducative et qu’ils sont des partenaires essentiels de la réussite de nos élèves ?

Un décret paru le 29 juillet 2006 prescrit : « Le conseil des maîtres présidé par le directeur d’école dans le premier degré, le chef d’établissement dans le second degré organisent au moins deux fois par an et par classe une rencontre, qui peut prendre différentes formes, entre les parents et les enseignants. »
Ce qui nous amène à vous proposer de nouveau cet article paru initialement en aout 2005.

Une rentrée scolaire de plus pour beaucoup d’entre nous, mais aussi la première pour nos collègues nouveaux titulaires ou liste complémentaire !!!
Personnellement, j’ai de douloureux souvenirs d’angoisse quand, les premières années et encore ensuite, je préparais mes réunions de parents d’élèves pour ces journées portes ouvertes. Expliquer et présenter ma façon de travailler alors que je doutais énormément était délicat. Alors ?
Se faire aider par quelqu’un ? De toutes façons, en parler avec les collègues de l’école, voir avec eux comment ils procèdent ne peut qu’aider. Si cela est possible, sollicitons l’aide du directeur pour l’entrée dans la réunion mais surtout demandons lui de partir dès les présentations faites : c’est notre classe, nos parents d’élèves !
On se dit souvent que seuls les parents intéressés par la scolarité de leurs enfants viendront. Espérons que ce soit toujours le cas et espérons que ce sera l’ensemble des parents de nos élèves, et qu’ils seront le plus nombreux possible.

Pourquoi cette réunion en début d’année scolaire ?

D’abord, une équipe éducative est constituée de l’ensemble des partenaires qui œuvrent à l’éducation d’un enfant. Cela induit que parents, enseignants, directeur d’école, assistants sociaux, médecin et infirmier scolaires, psychologue, membres du réseau d’aide, intervenants extérieurs pour les activités de pratiques artistiques, animateurs de centre de loisirs ou d’activités périscolaires, ... ont certes des objectifs d’éducation qui peuvent être différents mais agissent tous dans le même sens et dans l’intérêt de l’enfant. S’ils font partie de la même équipe, le moins qu’ils puissent faire c’est se connaître et formaliser leurs attentes et leurs objectifs en favorisant des relations de confiance.
Les parents abandonnent leur enfant durant 6 heures par jour à un adulte qu’ils ne connaissent pas. Leur curiosité et leur inquiétude sont pour le moins légitimes. Qui est ce maître ? Comment travaille cette maîtresse ? Quelles sont ses attentes ?
N’oublions jamais que ces parents ont été écoliers pour certains il n’y a pas si longtemps. Ils ont donc un vécu et une histoire scolaires. De nombreux enseignants ont déjà rencontré ces parents qui, eux, n’avaient « pas appris comme cela » et qui relèvent que « les méthodes ont changé » et donc s’interrogent sur « les méthodes » des enseignants.
Comme il sera important d’installer un climat serein et de confiance dans la classe, il sera essentiel d’instaurer des relations privilégiées avec les parents de nos élèves.

Se présenter

Doutent-ils de nos compétences ? Peut-être ... Et si cela est le cas, lorsqu’un de nos élèves entendra ses parents, comment lui, pourra-t-il accorder toute la confiance nécessaire à son enseignant pour pouvoir progresser ?
D’abord, se présenter simplement : évoquer son parcours, ses stages, sa formation, ... Evitons de se dévaloriser en se présentant comme un « nouvel enseignant », mais plutôt comme un jeune enseignant titularisé et validé par l’institution. Plus délicat, si on est une liste complémentaire ... Dans ce cas, insistons sur le parcours et sur la volonté de faire ce métier le mieux possible.
Une présentation de l’école et de l’équipe pédagogique permet de situer la classe et le niveau scolaire auprès des parents. Cette présentation insistera sur les dispositifs d’aide tels le RASED, le psychologue scolaire, ... et sur les objectifs du projet d’école.

Présenter ses objectifs

En situant les objectifs de la classe pour cette année scolaire dans le cadre de référence qu’est le projet d’école et ses axes prioritaires, on apportera une cohérence certaines aux propos.
Les objectifs que l’on présente s’appuieront sur les programmes officiels. Les domaines transversaux -éducation civique et maîtrise de la langue- seront des nouveautés à expliciter. On pourra ainsi balayer avec les parents présents le programme de l’année, les points difficiles ou délicats (par exemple : lecture en CP et CE1, la soustraction en CE2, la division en CM, la littérature, ...) et susciter ainsi des questions sur ces thèmes.

Présenter la classe, l’aménagement, les outils

Les aménagements de la classe sont certes ceux du début d’année et évolueront mais une présentation aux parents des différents « coins » les aideront à se faire une idée des différents moments de la vie de la classe : bibliothèque, coins fichiers, ordinateurs, jeux de société, technologie.
C’est aussi le moment d’évoquer les différentes modalités de travail de la classe lors des séances d’apprentissages : en groupe, en binôme, individuellement, en groupe de besoin, en autonomie, avec des assistants d’éducation, d’autres maîtres, ... et d’en évoquer les avantages. En effet, certains parents, forts de leur histoire scolaire ou empreints d’une image d’une école « laxiste », n’apprécient guère les « travaux en groupes » permettant aux élèves de bavarder ou pire encore de copier. Un éclaircissement lèvera les ambiguïtés.
Si des prêts de livres aux élèves sont possibles que ce soit dans la classe ou en BCD, il serait utile d’en préciser avec les parents les modalités non seulement pour qu’ils soient attentifs aux ouvrages prêtés mais aussi et surtout pour annoncer haut et fort l’intérêt de la lecture personnelle de l’élève tout au long de l’année scolaire.
C’est également l’occasion, en présentant les différents coins (techno, cuisine) de demander aux parents différents matériels allant des outils aux matériaux. Une liste des objets et outils utilisables lors des ateliers et que les parents pourront fournir sera distribuée ultérieurement. Nombre de parents seront heureux de coopérer aux fonctionnements de ce type d’atelier, matériellement mais aussi sous réserve des autorisations nécessaires comme bénévoles.
Les manuels, les fichiers que l’on va utiliser dans l’année seront disposés sur une table à la disposition des parents qui pourront les consulter en fin de réunion. Ils sont présentés brièvement, quelques précisions sur leur utilisation seront données : emploi à la maison, respect du matériel scolaire, ...
Le livret scolaire leur est également présenté, il peut être analysé avec eux, d’autant que les livrets rédigés en termes de compétences acquises par les élèves ne sont pas encore réellement ancrés dans les habitudes. Les évaluations, leurs rôles et leurs objectifs divers sont décrits. Les dispositifs nationaux sont présentés et dédramatisés.
Voici le moment de préciser vos attentes envers les parents : signature des cahiers, classeurs, contrôle des cahier de textes, des cartables, du matériel scolaire. Quelques conseils sur l’aide à apporter à la maison : lectures, révisions, ... L’outil de liaison indispensable est le cahier de correspondance. En fonction de nos disponibilités, proposons des moyens d’encourager la communication directe en invitant les parents à venir nous rencontrer dès que le besoin s’en fait sentir.

Les projets de classe, d’école

Les projets de classe seront présentés non pas comme le supplément d’âme de notre enseignement mais comme des moyens d’améliorer les résultats scolaires des élèves. Que ce soit une classe de découverte, un atelier de pratique artistique avec un intervenant MTD ou autre, une classe à PAC, un cycle piscine, un cycle rugby, danse, un journal scolaire, un défi lecture ou des ateliers, la participation active des parents sera sollicitée : elle sera financière dans certains cas, comme accompagnateurs bénévoles dans d’autres ...
Encore une fois il s’agit d’un travail de l’ensemble de l’équipe éducative.

Les questions et les entretiens individuels

Les questions des parents ne manqueront pas de surgir à chaque moment de la réunion, surtout si on a su les intéresser et les impliquer dans les activités et la vie de la classe. Les questions plus personnelles concernant un enfant en particulier seront traitées plus tard.
Ce moment est bien plus informel que le reste de la réunion. Proposons-leur de feuilleter les manuels et la bibliothèque de classe, ce qui permettra de parler avec chacun de manière individualisée. En effet si nous sommes le maître de 25 à 30 élèves, ils ne sont les parents que d’un unique enfant de cette classe.

Tout au long de l’année : des dispositifs en direction des parents

Des rencontres régulières avec les familles permettent de les connaître, connaître la fratrie, les habitudes, les difficultés et les réussites. Les motivations des parents et leurs représentations de l’école seront des informations précieuses. Ces entretiens prennent une importance primordiale lors de la première année de scolarisation de l’enfant : le statut du tout petit va changer, et rassurer les parents du respect de l’individualité de leur « bébé » est essentiel.
Les parents qui accompagnent les plus petits seront invités à rester dans la classe en tout cas en début d’année. Puzzles, jeux, dessins, lectures individualisées permettront un accueil dans la classe plus convivial et une mise en route moins brusque. Les parents seront également rassurés par ces accueils du matin. Pas d’abus évidemment, l’autonomie de l’enfant en dépend.
La journée à l’école peut être décrite à l’aide de photographies ou de textes qui seront affichés dans le couloir ou dans le hall de l’école.
Les moments « portes ouvertes » que certaines écoles pratiquent par exemple en ouvrant l’école un quart d’heure ou une demi-heure avant l’heure permettent un accès aux classes en élémentaires. Les parents en venant chercher leurs enfants dans la classe rencontrent ainsi plus facilement l’enseignant, demandent des nouvelles des apprentissages, prennent un rendez-vous, ...
Le cahier de correspondance permet la circulation de l’information et ce dans les 2 sens. On insistera sur l’utilisation de ce dernier par les parents. Un « mot » sur le cahier que l’on signe est bien plus agréable que la sempiternelle feuille volante impersonnelle.
Les cahiers de travaux ou le cahier de vie à l’école maternelle répondent aux attentes des familles. Ils permettent aux parents de suivre la construction des compétences des élèves et ainsi apporter aides et conseils. Cela leur évitera de mauvaises surprises dues à la méconnaissance des réussites et des difficultés de leur enfant en cas de demande de maintien en fin de cycle.
Un journal de classe ou le cahier de vie de la classe constitue la mémoire du groupe, structure le temps et permet des échanges entre les partenaires et les élèves. Associé à des photographies (attention à l’autorisation parentale) ils permettront de situer les actions pédagogiques du maître.
L’affichage et la mise en valeur des productions graphiques ou écrites seront autant d’occasion d’échanger avec les parents et leur permettront de se faire une idée des travaux et des avancées des projets de la classe.
Le prêt de cassettes audio et vidéo enregistrées dans la classe permettra que par exemple le répertoire de chansons et comptines dépassent le cadre de la classe, entre à la maison et puissent devenir un patrimoine commun. De même, pièces de théâtre, acrosport, danse, ... sont toujours des moments que les familles aiment visionner ensemble à posteriori.
Les prêts d’un livre de bibliothèque de la classe ou de la BCD mettent en évidence l’importance de la littérature de jeunesse et préparent le travail d’entrée dans l’écrit.
Des ateliers réguliers pendant lesquels la participation bénévole de parents sera la bienvenue présentent un double avantage : un taux d’encadrement qui permettra l’individualisation et le renforcement des liens des membres de l’équipe éducative.
Le livret scolaire et les évaluations peuvent être remis directement aux familles en étalant ces moments de rencontres individuelles sur une ou deux semaines. Ces rencontres régulières dont le sujet unique est les progrès et les améliorations des compétences des élèves resituent l’action de chacun parents, élèves et instituteurs.
Les actions des parents eux-mêmes sont des soutiens précieux à l’école. En effet les associations de certaines écoles sont particulièrement actives : kermesse, association culturelle autour de l’école, USEP, ...
La coopérative et son conseil qui gère et organise la vie de la classe sont souvent soutenus par les parents : dons, achats de productions (journaux, calebdriers,cartes de voeux, ...).

En conclusion

Au-delà des formalités habituelles (fiches de renseignements, assurances, autorisation diverses, ...) les réunions et les liaisons parents enseignants sont le ciment de cette équipe éducative.
En préparant et en réfléchissant à ces réunions, il sera plus aisé lorsqu’on débute de comprendre que les parents d’élèves sont d’abord et surtout nos partenaires pour la réussite de nos élèves. S’ils comprennent nos objectifs, nos modalités de travail et nos « méthodes », la relation de confiance réciproque nécessaire s’installera.

N’hésitez pas à partager ici dans le forum de l’article vos expériences et vos pratiques.



Commentaires  forum ferme

Logo de Jean-Claude ROLLAND
> La réunion de parents d’élèves
mercredi 9 août 2006 à 00h08 - par  Jean-Claude ROLLAND

Lire un décret paru le 29 juillet 2006  :« Le conseil des maîtres présidé par le directeur d’école dans le premier degré, le chef d’établissement dans le second degré organisent au moins deux fois par an et par classe une rencontre, qui peut prendre différentes formes, entre les parents et les enseignants. »

Logo de Moussebois
> La réunion de parents d’élèves
jeudi 26 août 2004 à 17h42 - par  Moussebois

J’enseigne depuis huit ans et je voudrais poster un petit avis. Pour les débutants, j’aimerais leur dire qu’il faut rester ferme et sûr de soi car les parents peuvent être déroutant voire pire avec les jeunes. Ils éduquent, nous on enseigne et ce n’est pas le même métier ! Chacun le sien...

Logo de GGT
vendredi 5 octobre 2007 à 02h59 - par  GGT

Voilà un joli manque de confiance et de respect envers les parents d’élèves que vous êtes ou serez un jour.
Cette réunion se veut pourtant un moment d’ouverture et surtout pas un moment de règlement de compte !

Visiblement 8 années d’expérience ne vous ont pas suffit pour assimiler cet aspect.

Logo de GGT
samedi 28 août 2004 à 01h20 - par  Jean-Claude ROLLAND

« On ne peut éduquer sans en même temps enseigner... » disait Hannah Arendt ...
Peut-on enseigner sans éduquer ? ... Certes nous ne sommes pas parents de nos élèves, et les parents ne sont pas enseignants ... N’a-t-on pas les mêmes objectifs ?
rester ferme et sûr de soi oui, bien sûr ...
Avoir confiance en soi pour leur donner confiance ... évident ...
Attention à ne pas voir les relations avec les parents sur le mode conflictuel uniquement.