Défi Mathématique Robespierre

mercredi 26 novembre 2003
par  Jean-Claude ROLLAND
popularité : 2%

Suite aux différentes analyses que les collègues ont pu faire durant le stage REP Robespierre, il est apparu qu’une action fédératrice telle un défi mathématiques pourrait répondre aux besoins des élèves :
- Difficultés des élèves dans le champs de la géométrie
- Travailler dans les champs "Traitement de l’information"
- Argumenter, justifier
- Répondre à des consignes dans lesquelles plusieurs contraintes entrent en jeu
- Travailler les écrits de recherche, les écrits destinés à être communiqués et discutés, les écrits de référence destinés à institutionnaliser une connaissance

Proposition de défi mathématiques
Ce défi concerne plusieurs classes de la grande section de maternelle aux élèves de 6ème.

Trouver tous les solides fermés que l’on peut construire avec :
- 6 triangles équilatéraux
- 6 carrés
- 6 pentagones réguliers
- 6 hexagones réguliers

Tous les côtés de ces figures ont la même longueur.
A construire rééllement ou à présenter sous forme de "patron".

Il est nécessaire avant que nos élèves s’engagent dans les recherches que les adultes testent ce défi (difficultés, résolution, durée, ...)


Voir aussi
- les défis Rubrique pédagogie
- une séance filmée dans une classe de CM2


Commentaires  forum ferme

Logo de Jean-Claude ROLLAND
> Défi Mathématique Robespierre
dimanche 1er février 2004 à 12h04 - par  Jean-Claude ROLLAND

Lors d’une séance que je co-amimais avec Sandrine J. , dans une classe de CE1 à l’école Victor Hugo 2, il est apparu qu’il était intéressant de ne pas forurnir aux groupes de recherche d’autres polygones que ceux prévus par l’énoncé et de leur demander de "démonter" leur volume. Et ce, pour plusieurs raisons :

- valoriser l’action du groupe et non de l’individu : le volume proposé est celui du groupe.
- amener à une "écriture mathématique" : comment garder en mémoire un volume construit puis démonté :

  • mémoriser les polygones qui le constituent
  • trouver un moyen de noter la construction et la configuration du volume

- le matériel nécessaire est donc moindre.

Il sera cependant nécessaire de conserver les volumes "trouvés" par l’ensemble de la classe :
- comparer les "écritures mathématiques"
- lire et utiliser ces écritures qui devraient permettre de reconstituer le volume.

> Défi Mathématique Robespierre
lundi 5 janvier 2004 à 17h14

Pour le défi , j’ai commencé à le faire avec mes deux classes de sixième le dernier jour avant les vacances. Me disant que l’énoncé était peut-être en effet un peut long pour commencer, j’ai proposé à mes élèves de travailler sur 6 carrés et 6 triangles équilatéraux. Finalement, je trouve que c’est déjà pas mal pour commencer ! certains ont retrouvé plusieurs patrons du cube , la pyramide à base carrée et celle à base triangulaire. Mais reste encore beaucoup de volumes inconnus !
Je pense qu’il est intéressant de laisser 6 carrés et 6 triangles pour les volumes de base qui sont au programme. Ensuite, nous pouvons peut -être rajouter uniquement l’hexagone , qui est plus facile à dessiner.

En tout cas, les résultats sont très intéressants : les élèves les plus faibles se sont remotivés pendant la séance et on eut plein d’idées !
Je ne suis pas mécontente de faire cette expérience avec vous !
A très bientôt.
Morgane Giampietri. Professeur Mathématiques- Collège Robespierre

Logo de Jean-Claude ROLLAND
> Les Dimensions
lundi 15 décembre 2003 à 19h34 - par  Jean-Claude ROLLAND

« On ne rigole pas avec la géométrie collègue. Les pyramides ? c’est dangereux, ces trucs-là. Combien de temps encore est-ce qu’ils se figuraient construire des pyramides de plus en plus grosses ? La grande pyramide l’a dû faire tourner les dimensions de 90 degrés. » dit Phtagonal avec l’assurance du poivrot soul perdu.
« Vous voulez dire que la longueur devient la hauteur et la hauteur la largeur ? »
« Nonnonon, fit-il. La longueur c’est la hauteur, la hauteur la profondeur, la profondeur c’est la largeur et la largeur… - il rota - c’est le temps. C’t’une aut’ dissenmion t’vois ? Y’en a 4, de ces saloperies. Le temps, il en fait partie. A 90 machins par rapport aux 3 autres. Degrés, voilà. Seulement, seulement, ça n’peut pas exister comme ça dans not’ monde, alors toute la région est contrainte comme qui dirait d’aller faire un p’tit tour ailleurs, t’vois ? Sinon, on aurait des gens qui vieilliraient rien qu’en marchant de travers. » Il contempla d’un air triste le fond de sa coupe. « Et à chaque anniversaire on prendrait 1 kilomètre de plus. »
« Remarque, on pourrait r’brousser chemin tranquillement et revenir à ses 18 ans. Ou continuer plus loin et voir de quoi on aura l’air à 70. Mais s’déplacer dans la largeur, c’est ça qui serait difficile. »

Logo de JC Rolland
> Défi Mathématique Robespierre
mercredi 26 novembre 2003 à 20h28 - par  JC Rolland

Le nombre de possibiltés de construire des volumes paraît important. Aucune preuve, de l’intuitif ... ;-)
Peut-être faudrait-il limiter le nombre d’objets pour chaque figure ? Mais il était interessant de pouvoir construire le cube et les différents prismes.

Logo de JC Rolland
dimanche 1er février 2004 à 01h07 - par  Dyonis

Faire de la géométrie... C’est très bien... on n’en fait pas assez, tous les résultats d’évaluations le montrent. La symétrie, pourtant abordée dès la maternelle, est un des principaux sujets d’échec aux évaluations de 6e.
Que l’on dise que l’on n’en fait pas assez est donc une évidence. Mais n’y a-t-il que cela ? Prenons un exemple : comment étudie-t-on les volumes en élémentaire ? Essentiellement au travers du plan, des faces du solide... On déploie, on confond le solide (qui a un volume) est ses faces, qui ne sont que des surfaces, avec des aires. Alors que le solide est avant tout un volume... C’est un peu comme si, pour étudier les rectangles, on se contentait de l’étude des périmètres.
Non, les solides sont des volumes et nous devrions laisser davantage de place à la sensibilisation des élèves au fait que ce sont des contenants... pas des surfaces !
L’étude des "déployés", oui, mais pas seulement !!!
Cela dit, tout ceci ne concerne pas le défi Robespierre. Car ce qui est intéressant ici, c’est avant tout d’amener les élèves à s’interroger, à se poser des questions méthodologiques sur la meilleure manière de trouver la réponse. Cela, c’est totalement pertinent.

Logo de JC Rolland
mercredi 3 décembre 2003 à 13h14 - par  JC Rolland

Il semblerait que si on retirait les triangles le nombres de possibles diminuant, le défi garderait son intérêt.

Il est également possible, je pense de se limiter à 6 triangles, 5 carrés, 4 pentagones, 3 hexagones par exemples ... A voir donc ...

Le défi sera publié dès que nous aurons décidé ensemble.